Collaboration spéciale Un exemple des ravages causés par l'agrile du frêne.

Les actions pour contrer la propagation de l’agrile du frêne vont bon train à Outremont. Depuis le début de la saison estivale, environ 250 frênes ont été abattus dans l’arrondissement, alors que des centaines ont déjà été vaccinés.

«En 2014, notre forêt urbaine contenait 13% de frênes, précise Sylvain Leclerc, chargé de communication à l’arrondissement. À la suite des abattages de cette année, il ne représente plus que 9%.»

La base de données d’Outremont indique que sur un total de 6710 arbres, 865 sont des frênes.

En juin dernier, la Ville de Montréal a fait parvenir une lettre aux locataires et propriétaires demeurant dans les dix zones à risque d’Outremont. En tout, 365 codes postaux avaient été visés.

«D’ici la fin du mois d’août, 283 frênes associés à un numéro civique ainsi que 61 frênes situés dans les parcs d’Outremont seront traités au TreeAzin par le Service des grands parcs», soutient M. Leclerc.

Sur l’entièreté de l’île, 18 000 frênes seront injectés durant l’été.

Coûts
Cette année, pour abattre 254 frênes de petit calibre, de 10 à 25 cm de diamètre, 12 000$ ont été déboursés par l’arrondissement.

«Un montant bien inférieur à ce qu’investit la Ville pour le remplacement des arbres et leur entretien pendant deux ans», spécifie M. Leclerc.

Depuis janvier 2015, selon la proportion de frênes abattus, chaque arrondissement reçoit des crédits additionnels pigés à même une enveloppe de 2M$.

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!