SPVM Michel Duchaussoy subit son procès au palais de justice de Montréal pour le meurtre du chauffeur de taxi Ziad Bouzid en novembre 2013.

Les douze membres du jury qui décideront du sort de Michel Duchaussoy, accusé du meurtre d’un chauffeur de taxi en 2013, ont appris vendredi matin que son père avait tué sa deuxième femme par arme à feu, pour finalement se suicider en prison.

C’est lors du visionnement de l’interrogatoire, présenté comme élément de preuve de la Couronne, que l’accusé raconte qu’il avait 10 ou 11 ans lorsque le drame s’est produit.

La famille était déjà marquée par la violence et la pauvreté. Vivant avec sa mère monoparentale qui avait six enfants à sa charge, Duchaussoy a dû travailler dès l’âge de 10 ans afin d’aider la maisonnée.

«À dix ans, je me pognais pas le cul, je travaillais», raconte-t-il à l’enquêteur. Il mentionne aussi s’être fait battre par sa mère.

Pendant l’interrogatoire, l’enquêteur souligne à quelques reprises le passé trouble de Duchaussoy. «Je ne suis pas ici pour me plaindre», lui a-t-il répondu.

L’homme de 46 ans révèle avoir été victime d’abus sexuels lorsqu’il était enfant, contre lesquels il se serait défendu.

«La journée que j’ai voulu en parler, j’ai eu des menaces de mort, ils ont engagé du monde pour me stresser. Ils ne voulaient pas faire tomber leur petit monde intellectuel, parce qu’il y avait du monde là-dedans qui travaillaient à la TV».

Fil des événements
Questionné sur son emploi du temps dans les semaines précédant le meurtre du chauffeur Ziad Bouziz, l’accusé parle de son itinérance. «Ça fait comme trois semaines que j’ai pas de grandes nuits de sommeil».

Lui et sa femme, Patricia Evangelisti, dormaient en alternance chez des amis ou dans des conteneurs. M. Duchaussoy ramassait du métal qu’il revendait, avant d’être obligé de sacrifier son véhicule pour avoir un peu d’argent.

C’est ainsi qu’ils ont appelé un taxi, à partir d’un Tim Horton de Lachine, même s’ils étaient sans le sou. Ils voulaient se rendre chez une amie de Mme Evangelisti qui avait accepté de les dépanner en les hébergeant dans sa résidence d’Outremont.

Duchaussoy portait une arme à feu tronçonnée dans une boîte de carton. Arrivé à destination, peu après minuit le 20 novembre 2013, il aurait tiré deux fois et atteint à une seule reprise le chauffeur à la tête. Le couple s’est ensuite réfugié dans l’appartement de leur amie.

Le procès pour meurtre, présidé par la juge Hélène Di Salvo, reprend lundi au palais de justice de Montréal avec la suite de la présentation de la vidéo.

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!