Un homme de Pointe-aux-Trembles fulmine après l’incendie de sa cabane de pêche dans une descente pour bateaux connue pour être le théâtre de méfaits depuis des années.

Maxime Boivin explique avoir découvert sa cabane en flamme vers 1h le 23 janvier dernier, à la descente située au coin du boulevard Gouin Est et de la 133e Rue. Cette cabane, il se souvient l’avoir récupérée et rénovée après l’avoir découverte à l’abandon l’hiver dernier dans la descente.

En raison de nombreux délits à cet endroit, le jeune homme croit à un incendie d’origine criminel. «On ne laissait plus rien d’important dedans parce qu’on se le faisait casser ou voler», déclare-t-il.

«J’habite en biais de la descente et je vais y faire une ronde tous les soirs à 23h pour vérifier qu’il n’y a personne dans la cabane. C’est le bordel à cet endroit et la police ne peut pas faire grand-chose. C’est la merde. Ça fait des années qu’on se bat pour ça.»

TC Media n’a pas été en mesure de confirmer avec le Service de police de la Ville de Montréal ou le Service de sécurité incendie de Montréal si l’incendie était d’origine criminelle.

La descente du boulevard Gouin Est est particulièrement fréquentée depuis que l’arrondissement Rivière-des-Prairies-Pointe-aux-Trembles a imposé un tarif d’accès à une rampe située sur la 36e Avenue, en juin 2015. Peu de temps après, des résidents des environs ont signalé de nombreux problèmes comme la présence de fêtards jusque tard dans la nuit et de déchets au sol.

Le poste de quartier (49) du Service de police de la Ville de Montréal a alors lancé l’opération policière Projet égalité, afin de réduire les incivilités le long des berges.

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!