Archives TC Media

Des entrepreneurs veulent contrer le gaspillage dans l’industrie agroalimentaire à l’aide d’une plateforme en ligne d’échange de surplus alimentaires pour entreprises.

Le projet des fondateurs de TOUCAN Solutions permettrait aux producteurs, transformateurs et distributeurs d’aliments d’afficher leurs pertes ou leurs surplus alimentaires, afin que des organismes à but non lucratif ou de petites entreprises puissent les récupérer ou les acheter à prix réduit. Le projet prévoit aussi établir des partenariats directs entre fournisseurs et clients.

Il permettrait notamment à des banques ou comptoirs alimentaires de s’approvisionner en fruits et légumes frais, des produits qui leur manquent souvent, fait valoir Esther Dormagen, cofondatrice de TOUCAN.

«Les fruits et légumes ont des durées de vie très courtes et coûtent cher à ramasser pour un producteur s’il ne peut pas les vendre derrière. Par contre, s’il peut trouver quelqu’un qui veut racheter à un prix même très faible […] et bien c’est autant de gens derrière qui mangent», souligne Mme. Dormagen.

«La petite banque alimentaire ou l’organisme communautaire, doit se démener, chercher de droite à gauche pour trouver des matières, mais n’a pas toujours ce qu’il lui faut, alors qu’il y a peut-être un grossiste juste à côté qui aurait quelque chose d’utile», ajoute-t-elle.

TOUCAN a soumis son projet à la deuxième phase du concours d’entrepreneuriat #Lestinnove et compte obtenir la certification «B Corp», afin d’attester de sa mission économique, sociétale et environnementale.

Son équipe collabore notamment avec celle du Projet de revitalisation du système alimentaire dans l’est de Montréal, une initiative d’organisations communautaires, publiques et privées visant à créer un système fédéré pour contrer les déserts alimentaires de l’est de Montréal.


À ce sujet:


Aussi dans Actualités :

Nous sommes présentement en train de tester une nouvelle plateforme de commentaires sur notre site web. Grâce à Facebook Comments, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!