Romain Schué / TC Media 40 étudiants de l'école secondaire Jean-Grou de Rivière-des-Prairies participent au programme Jeunes leaders.

Depuis plus de dix ans, le programme Jeunes leaders, qui réunit des élèves de l’école secondaire Jean-Grou, permet à ses participants âgés de 16 à 18 ans de s’impliquer dans la vie sociale, de sensibiliser leurs camarades et de lutter contre l’insécurité en patrouillant devant des lieux à risque. Un succès qui perdure.

Quelques minutes après l’habituelle sonnerie signifiant la fin des classes, Émily, Mystila et Andy s’empressent d’enfiler leur distinctif gilet jaune. Walkie-talkie dans une main, direction l’entrée de la bibliothèque, face au boulevard Perras, à quelques dizaines de mètres de leur école Jean-Grou. Comme eux, une dizaine de Jeunes leaders participent pendant une heure, chaque fin d’après-midi, à cette surveillance d’endroits cibles, avec l’objectif «d’assurer la sécurité des lieux».

«Cette patrouille permet de prévenir et résoudre d’éventuels conflits. C’est avant tout de la sensibilisation. Ces jeunes sont en première ligne en cas d’événement et, puisqu’ils sont bien perçus auprès de leurs camarades, peuvent être des éléments dissuasifs», explique Sarah-Jane Simon, coordinatrice depuis cinq ans de ce projet fondé en 2005.

Une atmosphère «chaotique» à l’origine du projet
Né à la suite d’incidents et de violence impliquant de nombreux élèves, ce programme s’est [a été] lancé «pour changer une situation insoutenable», rappelle son responsable, Pierreson Vaval.

«L’atmosphère était chaotique, décrit le directeur de l’organisme Équipe RDP. Il fallait impérativement trouver une solution. Ni les employés de la bibliothèque, ni les chauffeurs de bus ne voulaient travailler. Les affronts s’enchaînaient. Mais certains jeunes voulaient jouer un rôle, avoir un impact, s’engager. Ils sont devenus des leaders positifs.»

Débuté avec une quinzaine d’étudiants de l’école secondaire Jean-Grou, Jeunes leaders n’a cessé de prendre de l’ampleur au fil des ans malgré un lancement mouvementé.

«Les premiers, les précurseurs, ont parfois été vus comme des traîtres, des jeunes qui profitaient de l’appui d’adultes pour se donner plus d’influence, se souvient Pierreson Vaval. Certains ont perdu des amis, mais ils ont réussi à avoir le respect des jeunes. Ils ne sont pas là pour faire la morale, mais pour être des relais et offrir une médiation.»

Ces Jeunes leaders patrouillent pour assurer la sécurité de différents lieux de l'arrondissement.

Ces Jeunes leaders patrouillent pour assurer la sécurité de différents lieux de l’arrondissement.

De prochains élus ?
Intervention, gilet jaune sur le dos, lors de descentes policières, organisation d’événements et soirées thématiques, activités de socialisation, conférences dans les classes: des missions diverses qui attirent les candidats, qui, en échange, bénéficient également de formations, conseils des policiers et d’élus, et d’une prime d’allocation annuelle d’environ 150 $.

Alors que 80 demandes d’élèves de secondaire 4 et 5 pour 40 places ont été formulées à la rentrée dernière et qu’une liste d’attente d’une quinzaine de personnes a déjà été mise en place, Équipe RDP envisage d’étendre ce projet.

«D’anciens élèves de Jean-Grou mais aussi des adultes veulent s’engager, révèle Pierreson Vaval. La Maison des jeunes de RDP nous a aussi approchés. C’est intéressant car cela tient à cœur à tous les participants. Je ne serais pas étonné, un jour, d’en voir certains s’impliquer [s’investir] davantage, être un député, un élu. Ils ont la piqûre de l’engagement.»

Les prochaines inscriptions et les entrevues de sélection débuteront en septembre, mais les futurs candidats peuvent faire part de leurs intentions aux responsables d’Équipe RDP.

Ils découvrent des qualités qu’ils ne connaissaient pas et qui leur serviront pour le futur. Mais ces leaders ne sont là pour régler tous les problèmes d’encadrement et d’accompagnement. Ils nous donnent un sérieux coup de main mais ils ne peuvent remplacer les adultes.»
Sarah-Jane Simon, coordinatrice des Jeunes leaders

Des jeunes ravis et optimistes
Les participants de ce programme Jeunes leaders, étudiants à l’école secondaire Jean-Grou se montrent enthousiastes.

«Je sens vraiment que l’on joue un rôle», assure Mystila, 16 ans. Un sentiment confirmé par Vincenzo, qui participe pour la première année à ce projet. «Parfois, lorsqu’il y a des problèmes, j’ai l’impression que notre intervention est attendue et bénéfique.»

Nouvelle elle-aussi parmi les Jeunes leaders, Émily a été surprise par l’impact de son groupe. «Lorsqu’une amie m’avait parlé d’eux, j’étais sceptique, reconnaît l’élève de 17 ans en secondaire 5. Je pensais qu’on ne faisait que de la surveillance. Mais c’est bien plus que ça. Il y a plein de projets et d’actions et je suis très contente. On a une vraie utilité.»

«Le contact passe mieux entre les jeunes, explique Kevinson. Certains ne prennent pas au sérieux les consignes des adultes, se moquent d’eux. Avec des personnes qu’ils connaissent, ils peuvent nous écouter.»

Pour Andy, 18 ans, ce programme pourrait «ouvrir des portes». «C’est une expérience enrichissante qui m’a amené dans un autre univers», décrit le jeune prairivois. «On gagne en maturité, confirme Mystila. On est plus responsable, plus autonome.»

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!