Une opération de sensibilisation auprès des piétons a été menée, mardi, sur le territoire montréalais, par le Service police de la Ville de Montréal (SPVM). Elle visait plus spécifiquement les aînés. L’an dernier, dans la métropole, sur les 13 collisions mortelles recensées, 46% étaient des victimes âgées de 55 ans et plus.

Dans Rosemont–La Petite-Patrie, les deux postes de quartier (PDQ) 35 et 44 ont été mobilisés pour cette opération de sensibilisation, qui s’inscrit plus largement dans la campagne 100% vigilant.

À l’ouest de l’arrondissement, trois secteurs ont été ciblés, soient les intersections des rues de Bellechasse et Saint-Denis, de la rue Beaubien et de l’avenue de Chateaubriand, et de la rue Jean-Talon et de l’avenue de Chateaubriand.

«Le coin Jean-Talon/de Chateaubriand est une sortie de station de métro, il y a des commerces et beaucoup d’affluence. Souvent, les gens sont pressés d’aller prendre le métro ou l’autobus. Ils vont se précipiter pour traverser, ce qui entraîne des risques de collisions», explique Martin Dea. Commandant au PDQ 35.

Un fait que confesse Yann, un résident, qui emprunte le secteur matin et soir pour se rendre au travail. «Ça m’arrive de traverser quand la lumière est rouge pour aller prendre l’autobus, car je ne veux vraiment pas le manquer. Je sais que je me mets en danger, je le fais assez rarement», convient-il.

opé police aînésUne population plus vulnérable
L’arrondissement compte près de 13% de résidents de plus de 65 ans, selon le recensement de 2011 de Statistique Canada.

En 2014, trois accidents mortels ont impliqué des piétons dans La Petite-Patrie et on compte déjà une victime en 2015, dans le secteur. En majorité, il s’agissait de personnes âgées.

«En vieillissant, la démarche n’est pas aussi rapide qu’avant. Certaines personnes vont prendre plus de temps pour traverser ou même s’arrêter au milieu de la chaussée. Certains automobilistes sont impatients également. Le message est de dire qu’il faut vraiment traverser au début de la lumière pour piéton ou alors d’attendre la suivante», indique M. Dea.

Des responsables du milieu se sont mobilisés aux côtés des policiers pour cette opération. «C’est important, car on incite les aînés à sortir de chez eux, à aller faire leur épicerie et à se promener. Mais, ce n’est pas toujours facile pour eux. On lance aussi un appel à la population pour que les gens n’hésitent pas à proposer leur aide quand ils voient une personne âgée dans la rue», indique Julie Lapointe, cadre supérieur en soutien à l’autonomie, au Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux du Nord-de-l’Île-de-Montréal.

Le constat est le même, quelques kilomètres plus loin, à l’intersection des boulevards Rosemont et Pie IX, où les agents du PDQ 44 se sont mobilisés.

«C’est une intersection très fréquentée, mais qui n’est pas forcément accidentogène. L’an dernier, sur les sept accidents recensés, on dénombrait une personne aînée touchée. Cependant, avec le Jardin botanique et le parc Maisonneuve à côté, il y a toujours du monde qui circule», relate François Leblanc, le commandant.

Les agents du PDQ 44 ont également ciblé l’intersection de la rue Masson et de la 5e Avenue.
«C’est un coin que l’on va garder sous surveillance cet été également. La rue Masson apporte son flot de piétons aînés qui vont magasiner. Donc, on va y apporter une vigilance plus grande», ajoute M. Leblanc.

Au total, sur l’ensemble des secteurs visés par les deux PDQ dans l’arrondissement, 750 personnes ont été rencontrées par les policiers, lors de cette opération. Près de la moitié étaient des personnes âgées.

En marge du volet de prévention, les agents ont délivré 19 constats d’infraction à des automobilistes pour diverses infractions au Code de la sécurité routière.

Rappelons également qu’une personne s’ expose à une amende de 42$ si elle traverse à une lumière rouge ou en travers de la route.

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!