Yves Provencher/Métro

Les nouveaux bancs de la station de métro Beaubien ont fait jaser Twitter jeudi matin, certains usagers y voyant une mesure «anti-itinérants».

L’installation d’accoudoirs sur les bancs pourrait en effet empêcher une personne de s’allonger sur le banc pour y dormir.

Les accoudoirs ont d’ailleurs été comparés aux pics «anti-itinérants» qui avaient été installés devant l’immeuble du magasin Archambault, à l’angle des rues Sainte-Catherine et Berri, en juin 2014, et qui avaient fait bondir le maire de Montréal, Denis Coderre. Les pics avaient été retirés la journée même.

Interrogée à ce sujet, la Société de transport de Montréal (STM) a nié que ces accoudoirs soient une mesure contre les sans-abri. «Des appuie-bras sont disponibles sur les bancs de certaines stations de métro du réseau actuellement. La présence d’appuie-bras est nécessaire pour favoriser l’accessibilité universelle et vise à permettre à la clientèle à mobilité réduite de se relever plus facilement. Les bancs des abribus sont aussi munis d’appuie-bras pour répondre au même besoin», a-t-on fait savoir par courriel.

Même son cloche à la Ville de Montréal.

«Ce ne sont pas des bancs anti-itinérants. Nous faisons face au vieillissement de la population, et l’accessibilité universelle est importante pour nous. Ces accoudoirs sont nécessaires à plusieurs personnes pour s’asseoir et se relever avec aisance», a répondu Catherine Maurice, l’attachée de presse du maire de Montréal.

Or, un organisme de Rosemont–La Petite-Patrie qui oeuvre auprès de personnes à mobilité réduite ne semble pas convaincu.

«S’ils ont vraiment voulu mettre des accoudoirs pour permettre aux aînés de se reposer, je dis bravo, mais j’émets des réserves, indique Josée Lambert, de l’Association de loisirs pour personnes à autonomie réduite (ALPAR). La majorité des personnes qui fréquentent notre organisme sont en déambulateur et en fauteuil roulant, alors je dirais qu’il faut d’abord rendre la station de métro accessible avant d’y installer des bancs munis d’accoudoirs. Cela aurait été logique, si cela avait été installés au métro Rosemont, où on aménage déjà des ascenceurs.»

«Mais il est certain que cela empêche les itinérants de se coucher», conclut-elle.

Le maire de Rosemont–La Petite-Patrie, François Croteau, n’a pas souhaité réagir, laissant répondre Sterling Downey, porte-parole de l’Opposition officielle à la Ville de Montréal.

«Cela n’a peut-être pas été conçu comme une mesure contre les itinérants au départ, mais au final, il y a un double effet. Cela empêche quand même les gens de se coucher dessus. Il faut peut-être repenser ces bancs. Les itinérants sont aussi des résidents même s’ils n’ont pas d’adresse fixe. Il faut être capable de les accommoder», affirme l’élu de Projet Montréal.

La STM a d’ailleurs réagi sur Twitter en début d’après-midi jeudi.

En collaboration avec Stéphanie Maunay

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!