Rosemont–La Petite-Patrie vient d’entamer sa dernière phase d’implantation de la collecte des résidus alimentaires. À terme, il offrira le service à 75 000 foyers, devenant le premier arrondissement montréalais à distribuer les bacs bruns sur l’ensemble de son territoire.

Cette dernière distribution de bacs bruns touche quelque 15 000 foyers qui n’étaient pas encore desservis, majoritairement dans les districts Saint-Édouard, Marie-Victorin et Vieux-Rosemont.

«C’était notre objectif de réaliser l’implantation en cinq ans, se félicite le maire, François Croteau. Nous sommes heureux d’être le premier arrondissement. Nous sommes sept ans en avance sur les objectifs du gouvernement.»

Les bâtiments comptant neuf logements et plus pourront également en bénéficier en désignant un responsable dans l’immeuble. Seuls les résidents des artères commerciales ne sont pas intégrés pour le moment.

Carte de la collecte des matières résiduelles avec les nouveaux secteurs intégrés.

Carte de la collecte des matières résiduelles avec les nouveaux secteurs intégrés.

Actuellement à Montréal, Rosemont–La Petite-Patrie est le seul à avoir couvert l’ensemble de ses portes de huit logements et moins. Rivière-des-Prairies–Pointe-aux-Trembles sera le suivant, avec une phase de déploiement sur les derniers 85% de son territoire, d’ici la fin de l’année.

Améliorer le processus
Les autres arrondissements travaillent à atteindre la cible de réduction de l’enfouissement des déchets, initialement fixée à 2020 par le gouvernement du Québec et repoussée récemment à 2022.

«Le sac vert domestique contient en moyenne 30% de résidus alimentaires. On n’aura jamais 100% de matières résiduelles collectées. Ce serait utopique, mais l’objectif est de changer les habitudes de vie», estime M. Croteau.

En 2014, l’arrondissement a collecté près de 3000 tonnes de déchets de table, soit 12% de récupération de matières organiques, selon les derniers chiffres publiés par la Ville de Montréal.

Un pourcentage deux points au-dessus de la moyenne montréalaise, mais nettement inférieur à l’objectif de 60% fixé par Québec.

Le maire reconnaît qu’il reste un travail à faire sur la quantité de matières récupérées.

«80% des gens se servent du bac brun, mais une forte proportion continue à mettre des matières compostables dans les déchets, en particulier l’été où l’on voit une chute assez importante de la participation», note-t-il.

Plusieurs citoyens éprouvent de la difficulté à maintenir la cadence lors des fortes chaleurs en raison de l’odeur et des insectes.

«C’est notre rôle de les accompagner pour leur donner des trucs et des astuces pour que cela se passe bien», explique Charlotte Brut, adjointe à la Société de développement environnemental de Rosemont (SODER) qui travaille à la sensibilisation des résidents.

«Tout le monde a déjà fait l’expérience en été avec les fortes chaleurs, du sac vert sur le balcon qui ne sent pas bon, car il y a beaucoup de vers blancs. Ce n’est pas parce qu’on fait du compost qu’il y a plus de problèmes. Ce sont les mêmes matières à l’intérieur; on ne fait que changer le contenant», précise M. Croteau.

«Je pense que c’est important de le faire. On va s’habituer à cela tranquillement. Cela ne devrait pas être un problème», pense Alain Chabot, un résident qui vient de recevoir son bac brun.

La gestion des matières résiduelles relève désormais de la gestion de la Ville de Montréal, qui a pris en charge les coûts de cette dernière phase. Les quatre années précédentes avaient coûté environ 500 000$ à l’arrondissement.

Quelques trucs
Voici les principales recommandations transmises aux résidents en vue de faciliter la collecte des résidus alimentaires :

  • • Déposer uniquement les résidus alimentaires (fruits, restants de table, papier et carton souillés, etc).
  • • Ne pas mettre de matériaux (plastique, styromousse, verre, métal, etc).
  • • Déposer les résidus alimentaires dans le sac compostable, et non directement dans le bac brun.
  • • Déposer le sac compostable, rempli et soigneusement fermé, dans le bac brun placé à l’extérieur de la maison.
  • • Nettoyer le bac brun.
  • • Une fois les échantillons de sacs épuisés, les résidants doivent se procurer des sacs compostables dans les commerces du quartier.
  • • Ne pas utiliser de sacs de plastique non compostables ou des sacs d’épicerie dits
    « biodégradables » ou « oxobiodégradables ».
  • • Les déchets de jardinage (gazon, mauvaises herbes, fleurs coupées, etc.) sont ramassés du printemps à l’automne par la collecte des résidus verts.
  • • Pour la collecte des résidus alimentaires, placer le bac brun en bordure de rue, le lundi ou le mardi selon les secteurs
  • • Pour la collecte des déchets domestiques, déposer les déchets habituels en bordure de rue, le jeudi ou le vendredi selon les secteurs.
  • • Inscrire l’adresse sur le bac afin de le repérer plus facilement.

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!