Elle était attendue; même désirée depuis près de deux ans par les professionnels et les amateurs de bières à Montréal. Mabrasserie, première coopérative de solidarité brassicole de la métropole a ouvert ses portes depuis quelques semaines, dans Rosemont–La Petite-Patrie. Visite guidée d’un univers où le houblon est roi.

Ce qui frappe en entrant dans ce bâtiment du secteur Bellechasse, c’est la grandeur du site. Avec ses 23 000 pieds carrés, la coopérative est divisée en une dizaine d’espaces ayant chacun la vocation de mettre en valeur le produit sacré des lieux: la bière.

Passé l’accueil et l’espace de vente, on entre dans le salon de dégustation où trône un grand puits de lumière.

Bien qu’encore en travaux, l’espace pourra prochainement accueillir plus d’une centaine de personnes qui pourront déguster l’une des 48 lignes de bières installées: «un modèle unique à Montréal», se félicite Charles Hamel, l’un des membres travailleurs, responsable de la production.

Ouverture prochaine de la coop Ma brasserie dans Rosemont.

L’union fait la force
Sur l’un des murs, un immense hublot permet au visiteur de plonger dans la salle des machines, endroit où la magie opère.

Les cuves s’activent à produire les bières artisanales depuis l’obtention du permis d’alcool, en octobre dernier.

«On a déjà produit 35 recettes différentes pour environ 50 à 60 brassins, de 800 à 1000 litres», explique M. Hamel. Soit quelque 50 000 litres de bières made in Rosemont–La Petite-Patrie.

Quatre bières sont confectionnées par Mabrasserie soit un trio de Tribales et une PILŽ.

Les autres recettes appartiennent aux quatre brasseurs locataires: Broue Pub Brouhaha, Isle de Garde, La Succursale, tous trois installés dans l’arrondissement et la microbrasserie Noire et Blanche de Saint-Eustache. Ils font brasser la totalité ou une partie de leurs bières maison au 2300, rue Holt, pour les vendre ensuite.

«La mise en commun génère plus pour tout le monde. Dans le monde de la bière artisanale, il n’y a pas de compétition sauvage», estime M. Hamel.

Ouverture prochaine de la coop Ma brasserie dans Rosemont.

Pas si facile de brasser collectif
Huit personnes travaillent sur place, mais au départ Mabrasserie comptait 15 membres travailleurs et une trentaine de membres de soutien; principalement des proches qui ont mis la main au portefeuille pour aider le projet.

L’idée d’une coopérative brassicole fermentait depuis des années dans la tête de Marc Bélanger, brasseur et propriétaire du Broue Pub Brouhaha. Ce dernier a trouvé sur le local il y a trois ans.

Présenté début 2014, le projet initial, estimé à 3 M$, a dû être revu, repoussant sans cesse l’ouverture. Des délais de construction et surtout un manque de soutien des banques ont eu raison du calendrier fixé, selon M. Hamel. Il faut dire que le modèle d’affaires peine à entrer dans des cases prédéfinies.

Selon les données du Réseau de la coopérative de travail du Québec, seulement neuf coopératives brassicoles sont en fonction à l’échelle de la province et trois projets seraient en cours.

L’initiateur, M. Bélanger, tenait à cette spécificité pour rester artisanal et éviter qu’un «gros [joueur] ne mange le petit».

Actuellement, le projet a été revu et avoisine les 700 000$, mais les choses ne cessent de s’améliorer, précise M. Hamel, depuis l’ouverture de la vente aux premiers clients, en novembre dernier.

«On a eu une super bonne réponse des gens. On a encore beaucoup de demandes», constate M. Hamel.

À la fin des travaux, le site devrait contenir un laboratoire à levures, différents espaces de stockage, une salle de réception, une immense chambre froide et une terrasse de 80 places, attendue au printemps.

La coopérative veut également aller au-delà de la fabrique artisanale et devenir un véritable pôle brassicole avec la création d’une école pour former la relève.

À plus long terme, la culture du houblon pourrait être envisagée sur le toit pour produire un jour une bière 100% locale, «La cuvée Rosemont».

À lire également sur le sujet: Brasseries artisanales: un phénomène en expansion

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!