Isabelle Bergeron/TC Media Patrick Bodnar, citoyen à l'origine du frigo de Rosemont.

Après le Fridge ouvert l’an dernier dans La Petite-Patrie, un nouveau frigo pour tous sera installé dans quelques jours sur la 5e Avenue, entre la rue Holt et le boulevard Rosemont. Une initiative menée par un résident du secteur qui veut lutter contre le gaspillage alimentaire.

Depuis l’automne, Patrick Bodnar fait une partie de son épicerie dans la rue, comme de nombreux adeptes du Dumpster Diving à Montréal.

«Pour me rendre au travail, je passe devant plein de commerces. Je me suis rendu compte de la quantité de choses jetées», explique cet enseignant au primaire à Laval.

Fruits, légumes, fromages, fourniture scolaire, meubles, les trouvailles sont conséquentes. «J’en avais beaucoup trop. Mes amis étaient vraiment impressionnés par ce que je trouvais», ajoute-t-il.

Devant cette abondance de victuailles, il commence à en distribuer dans son voisinage, puis étend ses dons par l’entremise de communautés sur les réseaux sociaux.

S’intéressant de près au sujet, il découvre le phénomène des frigos communautaires très présent en Europe, notamment en Allemagne. Il décide donc d’en installer un pour aider les gens de Rosemont.

«L’alimentation, c’est crucial et il y a plein de gens qui n’ont pas accès à de la bonne nourriture», souligne-t-il.

Patrick Bodnar

Ouvrir la porte

Il entreprend cette démarche sur un bout de son terrain, donnant sur une ruelle.   Après un appel à tous, il récupère un frigo en bon état, livré gracieusement, et reçoit beaucoup de soutiens.

«Il y a le côté sensibilisation, mais aussi les rencontres que l’on peut faire autour de la nourriture. Il y a une énorme solidarité entre ceux qui font les ordures et c’est cela que je souhaite recréer», note M. Bodnar.

Le Rosemontois connaît le Fridge, situé dans le chalet du parc Montcalm, mais avoue ne pas s’être senti à l’aise en y allant.

«Il y a beaucoup de honte dans notre rapport aux déchets. Il y a un jugement de l’autre, mais aussi vis-à-vis de soi-même», estime-t-il.

Il veut laisser un accès libre à son installation pour démystifier le phénomène.

«J’ai emmené ma mère de 79 ans faire du Dumpster Diving et elle m’a dit: »ça sent bon, ça sent la coriandre ». Elle était surprise que cela ne sente pas les ordures», argumente-t-il.

M. Bodnar compte sur le bon sens des gens pour les aliments qui seront stockés dans son frigo, et mise davantage sur des fruits, des légumes ou encore sur de la nourriture scellée ou bien étiquetée.

Le frigo sera inauguré le 3 avril, à 11h. Il sera installé, en accès-libre, dans un coffre fait de cagettes de bois, qui serviront de support à de l’agriculture urbaine. Il y aura également une boîte pour les contributions volontaires.

L’enseignant espère que l’initiative fera des petits à travers Montréal et même ailleurs. À terme, il souhaite pouvoir ouvrir une coop alimentaire dans le quartier «où on distribuerait de la bonne nourriture».

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!