Chantal Levesque/TC Media Les voitures Azur ont été retirées pour une durée indéterminée à la suite d'un bris d'équipement qui a causé un arrêt de service important sur la ligne orange samedi.

L’arrêt du service du métro qui s’est étiré sur près d’une dizaine d’heures samedi dernier sur la ligne orange a été provoqué par «une force latérale» sur une pièce du système d’électrification des trains, indique l’enquête déclenchée par la Société de transport de Montréal (STM).

Dans le rapport d’incident rendu public vendredi, il est mentionné que «le mode de défaillance ne correspond pas à une collision avec un objet sur la voie ou une fatigue prématurée». C’est plutôt une force qui est exercée sur le frotteur, cette pièce qui assure le lien électrique entre les rails et le train, et qui entraine son bris ainsi que d’autres dommages sur les équipements du réseau souterrain.

img_0422

Un frotteur d’un voiture de métro

«Cette pièce a beau être très lourde et très robuste, si on essaie de tasser un train, c’est cette pièce là qui va plier, a expliqué le directeur exécutif de l’ingénierie, de l’infrastructure et des projets majeurs, François Chamberland. Ce n’est pas le train qui va se tasser. Une force latérale sur cette pièce, ce n’est pas normal. C’est ce qu’on investigue.»

«C’est un problème d’interface entre nos trains et nos voies», a-t-il plus tard ajouté. Depuis mardi, aucun frotteur des voitures de métro ne s’est abîmé.

La directrice exécutive du métro, Marie-Claude Léonard, a précisé que des frotteurs brisés sont recensés «environ une fois par mois» et ce «depuis très longtemps». «C’est un incident qui arrive. On change le frotteur et on poursuit», a-t-elle dit, tout en assurant que «tous les suivis ont été faits» et que les frotteurs n’affecte pas la sécurité dans le réseau souterrain.

La vitesse du train et l’usure de ses pièces ou même du rail pourraient être à l’origine de cette force latérale, d’après M. Chamberland. Ce dernier a exclu que le poids des trains puisse être la cause puisque que les frotteurs ne supportent pas le poids du train. «Ils sont suspendus sous le train», a-t-il précisé.

La STM entend poursuivre son enquête en se concentrant sur les voies des aiguillages et les courbes serrées. Les trains Azur ne seront pas remis sur les rails jusqu’à nouvel ordre.

«On ne veut pas briser des trains neufs, a dit M. Chamberland. On les connaît moins que les autres. On a eu un incident malheureux samedi. On a brisé plusieurs pièces. On ne veut pas que ça se répète. On n’est pas obligé de les mettre en service parce qu’on fournit le plein service même si les trains Azur son stationnés.»

Un autre rapport d’incident sera publié la semaine prochaine.

Samedi dernier, vers 14h50, un train Azur a provoqué d’importants dommages sur la signalisation à proximité de la station de métro Du Collège, ce qui en entrainé la fermeture d’une partie de la ligne orange jusqu’à la fin de la journée. Un frotteur abimé était à l’origine de l’incident, a rapidement statué la STM. Celle-ci a ouvert une enquête pour déterminer les causes du bris du frotteur.

Sept autres trains Azur ainsi qu’un train MR-73 disposaient aussi de frotteurs endommagés ou usés de façon prématurée, a constaté la STM. Celle-ci a indiqué que les trains Azur demeureraient dans les garages puisque leurs dommages étaient plus importants.

À la suite de l’incident, des caméras ont été installées sur un train Azur afin d’examiner de plus près les frotteurs. Le train a roulé pendant la nuit de mardi à mercredi à une vitesse de 72km/h dans le réseau souterrain. Les images, qui couvraient une quinzaine d’heures, ont commencé à être analysées mercredi et les ingénieurs de la STM n’avaient pas a priori décelé d’anomalie, d’après une premier rapport d’incident publié mercredi. Les images seront visionnées de nouveau afin d’explorer la piste de la force latérale.

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!