Parmi les sièges sociaux les plus «verts» d’Amérique du Nord, se trouve celui d’Air Transat, à Saint-Laurent, selon le magazine Corporate Responsibility. Aux abords de l’aéroport Montréal-Trudeau, la compagnie aérienne développe depuis 2009 des astuces pour moins consommer.

Sur le bâtiment du boulevard de la Côte-Vertu, un mur noir couvre la façade ouest. «Même s’il est difficile de concurrencer l’électricité à bas coût du Québec, ce mur solaire préchauffe l’air qui entre dans le hangar des avions. Tout le monde est content, car, avant, il y faisait parfois quatre degrés», explique le directeur principal, environnement et amélioration des affaires, Keith Lawless.

Cet aménagement, couplé à un système de chauffage plus performant, leur a permis de diminuer de 30 % leur consommation de gaz naturel, évitant ainsi de rejeter 250 tonnes de gaz à effets de serre (GES).

Les bureaux adjacents au hangar furent les premiers à recevoir la certification Leadership in Energy and Environmental Design for Existing Buildings (LEED-EB) Platine au Canada.

Réutiliser et verdir
Les 200 employés bénéficient d’une cafétéria avec des produits locaux, acheminés dans un rayon de 150 km. Les emballages jetables ont été réduits avec notamment le bannissement du styromousse. La mise sur pied de programmes de recyclage et de compostage a aussi permis de détourner 72 % des déchets des sites d’enfouissement.

«Depuis un an, les restes de nourriture sont remis à l’organisme Le Chaînon, car nous étions tannés de voir ce gaspillage», précise M. Lawless.

Par ailleurs, les petits électroniques, les bouchons en liège et les mégos, qui servent à la fabrication des bancs et des palettes en plastique, sont récupérés. Les vêtements oubliés dans les différents vols d’Air Transat ainsi que les vieux uniformes sont envoyés dans des organismes pour être réutilisés.

Autour de la bâtisse, la pelouse a été remplacée par du trèfle et un jardin communautaire a vu le jour. Les concombres, tomates et fines herbes qui y poussent sont utilisés par le chef du restaurant d’entreprise. Des ruches seront également installées cette année.

«Pour la cinquantaine d’arbres que nous avons plantés, nous devons demander l’autorisation à Aéroports de Montréal, car il ne faut pas qu’ils attirent les oiseaux, en raison du péril aviaire», spécifie cependant M. Lawless.

Pratiques adaptées
Les mêmes pratiques sont difficilement applicables à bord des vols pour maintenir le service à la clientèle. Air Transat a néanmoins choisi d’offrir du café et du thé équitables et les équipages n’utilisent plus de papier, mais des tablettes électroniques.

«Nous avons un programme de réduction de carburant, qui nous a permis de diminuer de 5% notre consommation annuelle, ainsi que des trucs de pilotage. C’est bon pour l’environnement, mais diminue également nos coûts», souligne le directeur.

La compagnie prépare un système de purification d’eau qui sera installé sur les Boeing 737. «Quand nous ne pouvons pas faire le plein dans le sud, en raison de la qualité de l’eau, cela nous oblige à la transporter pour l’aller et le retour», observe-t-il. En embarquant moins d’eau, cela allègera le poids de l’avion et limitera la consommation de carburant.

Des tests sont par ailleurs prévus pour un nouveau système électrique installé dans le nez de l’appareil qui évitera l’utilisation du moteur pour se rendre de la piste à la guérite. Air Transat deviendrait alors la première compagnie au monde à utiliser WheelTug, ce qui sauverait du temps, de l’argent et des GES.

Air Transat a embarqué il y a 10 ans dans l’ère du tourisme durable avec plus de 70 initiatives concrètes recensées autant dans ses bureaux que dans ses activités.

Consommation en baisse
Électricité – 10 % soit 1,15 million de KWh par an
Gaz naturel – 30 %
Eau – 40 % soit 1,6 million de litres

Aussi dans Actualités :

blog comments powered by Disqus