Archives Métro Jean-Marc Fournier a déclaré en mars avoir «bouclé la boucle» après une carrière politique de trois décennies.

À l’approche des élections générales du 1er octobre, les candidats s’activent dans leur circonscription. Tout au long de la campagne, Métro vous propose un aperçu des enjeux de chacune des circonscriptions de l’île. Aujourd’hui: Saint-Laurent.

Depuis 1973, les libéraux règnent dans Saint-Laurent, avec en moyenne 70% des voix. Après huit ans en poste, l’actuel leader parlementaire du gouvernement et ministre des Relations canadiennes, Jean-Marc Fournier, a annoncé en mars qu’il ne se représenterait pas, laissant la voie libre dans cette circonscription acquise au Parti libéral du Québec (PLQ).

Le PLQ présente pour la première fois une femme dans Saint-Laurent, soit la fiscaliste Marwah Rizqy, qui a déjà tenté sa chance au fédéral, avec les libéraux également.

«C’est une occasion en or, d’avoir un parti à l’écoute des Québécois, qui a entendu le message d’équité et de justice fiscale», a-t-elle déclaré lors de l’annonce de sa candidature, en mai, assurant que Saint-Laurent, par sa diversité, représente «le nouveau Québec».

Ses principaux adversaires sont Marc Baaklini, de la Coalition avenir Québec (CAQ), et Elias Dib Nicolas, du Parti québécois (PQ), qui, contrairement à Mme Rizqy, résident dans
la circonscription. Ce dernier mise d’ailleurs sur sa présence dans Cartierville et Saint-Laurent pour se faire élire.

«Un député doit s’assurer de sa présence, au moins la moitié de la semaine, dans sa circonscription, indique le chauffeur de taxi d’origine libanaise, qui était journaliste dans son pays natal. Je serai toujours à Saint-Laurent, proche des citoyens, des aînés et des écoles, disponible et accessible.»

M. Baaklini a voté pour les libéraux pendant des années avant de trouver une «alternative valable» au sein de la CAQ. Après être devenu membre du parti il y a quelques mois, l’homme d’affaires d’origine libanaise a décidé de faire le saut en politique.

La candidate de Québec solidaire (QS), Marie Josèphe Pigeon, souhaite doubler son résultat des élections de 2012, qui était de 5%. La directrice d’organisme est devenue indépendantiste, car «quitte à faire un pays, autant le faire à notre goût».

Le Parti vert du Québec (PVQ) sera dans la course avec Halimatou Bah, qui a décidé de se présenter pour «être actrice de son avenir». Le candidat du Parti conservateur du Québec (PCQ), Guy Morissette, briguera le siège de député pour une seconde fois, de même que Fernand Deschamps, du Parti marxiste-léniniste du Québec (PMLQ).

«Comme je ne vois pas de différences significatives entre les programmes des autres formations politiques, je me présente pour que les électeurs d’ici aient un choix qui se démarque réellement des autres», indique M. Morissette.

Intégration, éducation et circulation
Avec plus de 80% de la population de Saint-Laurent née à l’étranger ou ayant au moins un parent né hors du pays, l’immigration est un des enjeux qui touchent les Laurentiens.

«Afin de soutenir les nouveaux arrivants et réduire leur taux de chômage, oscillant entre 14% et 16%, la CAQ propose de mieux intégrer et franciser les nouveaux arrivants ainsi que de reconnaître leurs diplômes», indique M. Baaklani.

Québec solidaire vise de son côté le renforcement du Programme d’accès à l’égalité en emploi et l’abolition des délais de carence. Le PQ souhaite une meilleure francisation des nouveaux arrivants.

«Les immigrants doivent être représentés et impliqués dans les décisions qui les concernent», affirme le candidat du Nouveau Parti démocratique du Québec, Jacques Dago.

Saint-Laurent ayant enregistré un gain de 5000 familles au cours des 15 dernières années, des ressources sont requises autant dans l’éducation que pour la petite enfance.

«Je travaillerai avec les commissions scolaires afin d’accélérer la construction d’écoles primaires et d’une nouvelle école secondaire dans Saint-Laurent», promet Mme Rizqy.

Le candidat péquiste, Elias Dib Nicolas, avance que le Québec a besoin de ressources pour l’édification d’écoles publiques attrayantes et le soutien des élèves ayant des besoins particuliers. QS mise plutôt sur la gratuité scolaire pour garantir un meilleur accès à ce service public.

Côté transports, l’amélioration du réseau permettrait de décongestionner certaines artères qui entourent Saint-Laurent. Plusieurs candidats se prononcent en faveur du prolongement de la ligne orange du métro vers Bois-Franc­ ou Laval, dont Mme Rizqy­ et M. Dago.

Ce dernier se dit également préoccupé par le dossier du Technoparc, où la construction de l’éco-campus Hubert Reeves a lieu.

«Les développements près des marais font en sorte que les espèces qui y vivent vont être menacées et dérangées», souligne pour sa part la candidate verte, Halimatou Bah.

Candidats 2018

  • Marc Baaklini (CAQ)
  • Halimatou Bah (Parti vert)
  • Jacques Dago (NPD-Québec)
  • Fernand Deschamps (Parti marxiste-léniniste du Québec)
  • Guy Morissette (Parti conservateur)
  • Elias Dib Nicolas (PQ)
  • Marie Josèphe Pigeon (QS)
  • Marwah Rizqy (PLQ)

Résultats 2014

  • Jean-Marc Fournier (PLQ) 82,28%
  • Rachid Bandou (PQ) 8,13%
  • Hasnaa Kadiri (QS) 5,49%
  • Tidiane Diallo (Parti vert) 2,08%
  • Guy Morissette (Parti conservateur) 1,10%
  • Jennifer Beaudry (Option nationale) 0,62%
  • Fernand Deschamps (Parti marxiste-léniniste) 0,30%

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!