Samantha Velandia/TC Media Le Train de l'Est à la gare de Pointe-aux-Trembles.

Alors que des voix s’élèvent pour demander de plus grands investissements dans les transports en commun dans l’est de Montréal, des données de l’Agence métropolitaine de transport (AMT) indiquent que le Train de l’Est n’est occupé qu’à 40% de sa capacité actuelle.

Près de 6500 passagers empruntent quotidiennement cette ligne reliant la ville de Mascouche au centre-ville de Montréal. Or, en tenant compte des 16 départs journaliers offerts par l’AMT, ce sont environ 15 700 personnes qui pourraient utiliser le service.

Annoncé en 2006, le Train de l’Est a coûté un peu plus de 730 M$, soit plus du double de l’évaluation initiale. Inauguré à la fin 2014, après des années de retards, la ligne Mascouche compte aujourd’hui 13 gares, dont celles de Pointes-aux-Trembles, d’Anjou et de Montréal-Nord.

Fanie Clément St-Pierre, conseillère aux relations médias chez l’AMT, explique que les résultats d’achalandage pour la ligne de Mascouche «sont très satisfaisants.»

«Cela fait juste 16 mois que la ligne est en fonction alors qu’il faut environ trois années à un nouveau service de transport collectif avant d’atteindre une certaine maturité», dit-elle.

L’AMT indique que le nombre moyen de passagers par jour a augmenté au cours de la dernière année, passant de 4600 personnes en mars 2015 à 6400 à la même période en 2016.

«Nous avons fait une grosse campagne de publicité ciblée l’année dernière afin d’augmenter le nombre de passagers et de faire connaître la ligne de Mascouche», explique Mme St-Pierre.

Florence Junca-Adenot, professeure au département d’études urbaines de l’UQAM et ancienne présidente-directrice générale de l’AMT explique qu’il est normal que l’achalandage du Train de l’Est ne soit pas encore à son sommet.

«Cela ne se fait pas tout seul aussitôt qu’on met le train sur les rails. Il faut un certain temps aux gens pour qu’ils connaissent le service et pour les convaincre de délaisser leur automobile», dit-elle.

L’AMT a établi la cible de 11 000 passagers quotidiens d’ici 2020, un objectif fixé selon les résultats d’études de faisabilité et de prévisions démographiques.

Le «train des banlieusards»
Même s’il permet d’atteindre le centre-ville en moins d’une heure à partir de la gare de Pointe-aux-Trembles, le Train de l’Est ne fait pas l’unanimité chez les élus du secteur.

Le maire d’Anjou, Luis Miranda, qualifie la ligne de Mascouche comme étant «le train des banlieusards», un constat émis dans la foulée de l’annonce de la construction d’un vaste système léger sur rail dans l’ouest de l’île.

«Les chiffres le prouvent, ce train est emprunté majoritairement par les citoyens des banlieues. Ce ne sont pas les nôtres qui l’utilisent. Ce n’est pas avec cette ligne qu’on va combler les besoins en transport collectif dans l’est de Montréal», dit-il.

Même son de cloche du côté du député Mario Beaulieu de la Pointe-de-l’Île.

«Le train ne semble pas être très populaire auprès de la population de l’extrême est et il n’y a pas d’autres grands projets en matière de transport collectif dans ce territoire. Il vient de là le déséquilibre entre l’est et l’ouest de Montréal», indique M. Beaulieu.

Le taux de fréquentation par gare en 2016 n’a pas encore été comptabilisé, selon l’AMT. Les dernières données indiquent qu’en septembre 2015, 54% des passagers du Train de l’Est montaient à bord des stations de Mascouche, de Terrebonne et de Repentigny.

Mme Junca-Adenot s’est d’ailleurs dite «étonnée» d’apprendre que ce sont les stations de la Couronne Nord qui sont les plus populaires.

«C’est moi qui a fait les premiers études de faisabilité pour cette ligne et à l’époque, on savait que notre clientèle était majoritairement dans le nord de l’île. Je suis surprise d’apprendre que ce n’est pas le cas.»

Les dernières données indiquent que la gare la plus achalandée du réseau du Train de l’Est est celle de Repentigny avec 834 passagers en moyenne à l’heure de pointe le matin. En revanche, celle de Sauvé n’en compte que 26.

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!