EXCLUSIF logoLes résidents des abords du chantier de l’échangeur Turcot vivent avec des niveaux de bruit qui dépassent très souvent les normes. Depuis le début du mois de mai, près de 600 dépassements sonores ont été enregistrées dans les neuf stations situées sur le territoire du Sud-Ouest, selon des données compilées par TC Media.

Ce nombre pourrait bien être plus élevé dans les faits puisque certaines des stations de mesure n’ont été installées que plus tard en mai. Aussi, par moments, aucune donnée n’est disponible à cause de problèmes techniques.

La majorité des dépassements enregistrés, entre 1 et 10 décibels en moyenne, ont lieu la nuit (23h à 7h), avec 356 contre 192 le jour (7h à 19h) et 49 le soir (19h à 23h).

Du 1er mai au 31 août, près de la moitié des nuits ont été dérangées à un moment ou à un autre par le bruit du chantier, soit 51 sur 122. Dans plusieurs cas, ces dépassements ont duré jusqu’à cinq heures d’affilée.

À la station Lacasse, située à l’intersection des rues Lacasse et Richelieu, la nuit du 6 juillet a été particulièrement mouvementée. Le bruit a brisé les limites permises de 23 heures à cinq heures trente le matin.

Barêmes indulgents
Un autre facteur vient altérer les données recueillies, et c’est celui du calcul des limites de bruit. D’abord, les niveaux sonores permis ont été ajustés vers la fin du mois de mai. Au départ, le volume permis était de 75 décibels en tout temps. Le ministère a par la suite modifié ces limites pour qu’elles soient différentes selon le moment de la journée.

Ainsi, les limites de soir et de nuit ont été recalculées à partir des niveaux sonores ambiants avant les travaux, auxquels on ajoute 5dB. Les seuils varient entre 62 et 68 dB la nuit, selon la station, et atteignent partout 75 dB le jour.

Ces seuils dépassent cependant de beaucoup ceux recommandés par l’Organisation mondiale de la Santé (OMS), qui les a fixés à 55 dB le jour et 40 dB la nuit. Les limites nocturnes fixées par le ministère dépassent donc même celles que l’OMS recommande pour le jour.

Mesures d’atténuation
Différentes mesures ont été mises en place par le consortium KPH Turcot, en charge des travaux, afin d’en atténuer l’impact sur les résidents, notamment des murs anti-bruit, qui ont été élevés aux abords du chantier.

«Il y a une surveillance des niveaux qui se fait d’heure en heure au ministère et, dès qu’on remarque un dépassement, on appelle l’entrepreneur, qui doit prendre des mesures», explique Nobba Danielle. Ces mesures peuvent aller d’un avertissement aux camionneurs d’éviter de claquer leur porte à la pose de silencieux sur certains équipements.

Les travaux à venir inquiètent cependant Mauricio Garzon-Beltran, membre du Comité de bon voisinage du Sud-Ouest, mis en place par le ministère des Transports pour assurer un dialogue entre les résidents et les responsables du projet.

«Pour l’instant, ils sont au niveau du sol, alors c’est correct. Mais quand ils vont commencer à faire les structures en hauteur, ils vont être au-dessus de l’écran anti-bruit et les résidents vont être complètement exposés», explique-t-il.

Le Comité dont il est membre rassemble tous les acteurs impliqués dans le Projet Turcot toutes les six semaines.

«J’essaie de faire passer les plaintes que je vois sur différents groupes Facebook et de poser des questions sur ces sujets, mais il faudrait que les citoyens participent en plus grand nombre», déplore-t-il, ajoutant que la prochaine rencontre se tiendra le 27 septembre.

Un décret environnemental impose au ministère de réaliser une enquête sur le bruit du chantier et ses effets sur les résidents voisins. Celle-ci devrait débuter dans les prochains mois, mais l’entente avec les chercheurs n’a pas encore été signée.

Méthodologie
Les stations de suivi sonore ont été installées à différents endroits du quartier, près du chantier et des quartiers résidentiels. Elles prennent des mesures de bruit toutes les demi-heures et ces données sont disponibles en ligne au seti-media.com/infopopulation/turcot/.

Les dépassements qui ne sont pas dus au Projet Turcot mais à d’autres sources de bruit comme le trafic routier, les jeux d’enfants ou les travaux d’un chantier privé n’ont pas été compilés.

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!