Archives TC Media Patricia Viannay, organisatrice au POPIR-Comité Logement.

Alors que les acteurs réclamant du logement social en demandaient un minimum de 3000 par année, le ministre des Finances, Carlos Leitao, n’en annonce dans son budget que 1500 au programme AccèsLogis.

«On subit des coupes sévères dans le logement», dénonce Patricia Viannay, organisatrice au POPIR-Comité Logement.

On est loin du compte alors que le POPIR-Comité Logement et le Regroupement information logement de Pointe-Saint-Charles réclament 4000 logements sociaux dans l’arrondissement du Sud-Ouest. Ça correspond au nombre de ménages qui consacrent plus de 50% de leurs revenus mensuels au loyer, rappelle Mme Vianney.

«C’est un affront pour les locataires», lance-t-elle.

En 2014-2015, avec les 3000 logements sociaux prévus pour tout le Québec, la Ville de Montréal a pu annoncer la réalisation de 1100 unités.

De plus, le programme Rénovation-Québec (PRQ), qui aide à la construction de logements, n’est toujours pas de retour. «Sans le PRQ, on se demande s’il y aura du logement social dans le Sud-Ouest», s’inquiète Patricia Vianney.

La coupure de 1500 logements est remplacée par 1000 unités de supplément au loyer en 2015-2016 et 1200 au cours des quatre années suivantes afin d’aider les locataires sur le marché privé. «C’est la privatisation du marché», dénonce Mme Vianney.

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!