Archives-TC Media L'AMT a déjà signé avec le RESO un protocole d’entente pour la création d'un centre de formation à son futur centre d'entretien de Pointe-Saint-Charles.

Bien que le projet de train électrique de la Caisse de dépôt et placement du Québec vienne brouiller les cartes, le RESO poursuit le développement du projet de centre de formation de la main-d’œuvre de l’industrie ferroviaire associé au centre d’entretien que l’Agence métropolitaine de transport (AMT) construit dans Pointe-Saint-Charles.

L’AMT construit présentement au coût de 320 M$ un centre d’entretien pour ses trains de banlieue. Il doit être opérationnel en 2018. Selon le scénario original, 170 personnes doivent y travailler. L’Agence l’a conçu au départ pour recevoir les voitures de ses lignes de Deux-Montagnes, Mascouche, et Mont-Saint-Hilaire.

Mais le projet de Réseau électrique métropolitain (REM) présenté en avril par la Caisse entraînerait le remplacement du train de Deux-Montagnes. Quant à celui de Mascouche, il ne pourrait plus se rendre au futur centre d’entretien. Il devrait s’arrêter à l’extrémité nord du tunnel du mont Royal, qui serait emprunté par le REM. Finalement, les seules voitures de l’AMT entretenues au centre seraient celles de la ligne de Mont-Saint-Hilaire.

«Mais ça ne change rien au projet de centre de formation. Il est toujours sur la planche à dessin», assure Guy Biron, directeur général du RESO. «La pertinence de ce centre de formation demeure», affirme Fanie Clément St-Pierre, porte-parole de l’AMT.

Ouverture prévue en 2019
En 2013, l’AMT a signé avec le RESO un protocole d’entente pour la création du centre de formation, dont l’ouverture est prévue en 2019.

Selon cette entente, l’Agence doit fournir les locaux et un accès aux équipements du futur centre d’entretien tandis que le RESO s’occupera du recrutement et de l’accompagnement de la main-d’œuvre en apprentissage.

«Nous sommes présentement en phase exploratoire. Nous voulons identifier les métiers dans les domaines qui sont les plus porteurs et accessibles à la population locale, voir quels métiers nous allons privilégier», explique Guy Biron.

Les travaux de construction du centre d’entretien ont commencé l’été dernier. «Ils se poursuivent. Le projet avance bien. Il est réalisé à 50%», note Fanie Clément St-Pierre. Selon les plans initiaux, il doit comprendre des ateliers pour les inspections et les réparations, un lave-train automatisé et un atelier de profilage de roues.

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!