Archives/TC Media Le député de Verdun, Jacques Daoust, passe de l'Économie aux Transports dans le cadre du remaniement ministériel.

Les rumeurs qui circulaient depuis plusieurs mois se sont avérées vraies. Le député de Verdun Jacques Daoust a été démis de ses fonctions comme ministre de l’Économie, dans le cadre du remaniement ministériel qui a eu lieu le 28 janvier. L’ex-banquier n’a toutefois pas été complètement écarté du cabinet, puisqu’il dirigera dorénavant le portefeuille des Transports.

Il sera remplacé par une nouvelle venue, l’ancienne présidente de la Coalition avenir Québec, Dominique Anglade, députée de la circonscription voisine, Saint-Henri-Sainte-Anne. L’ancien ministre des Transports, Robert Poëti, sera pour sa part relégué au rang de simple député.

M. Daoust n’a pas caché sa surprise de se voir proposer ce nouveau mandat. «Quand on m’a proposé le ministère, je suis parti à rire. Je ne m’y attendais pas, mais c’était une surprise agréable. Je suis dans le même métier depuis 9 ans et demi. Ce sera un grand défi, c’est un beau ministère, j’ai hâte de voir les dossiers.»

Depuis mai, plusieurs soupçonnaient que le ministre Daoust allait perdre son poste, notamment en raison d’un conflit de personnalité avec le dirigeant d’Investissement Québec, le bras financier du gouvernement.  Une rumeur que le député de Verdun a niée catégoriquement.

Bonne décision
Robert Bernier, professeur titulaire à l’École nationale d’administration publique, est d’avis que le député de Verdun est à sa place dans ce nouveau ministère.

«Je suis convaincu que M. Daoust peut faire un bon travail aux Transports. Il possède une grande expérience, et il est habitué à la gestion de grands projets et aux négociations avec les grandes institutions. »

Bernier souligne également que la jeunesse de Mme Anglade sera un grand atout pour l’économie québécoise.

«Jacques Daoust était l’homme d’une autre génération. La nouvelle recrue sera plus ouverte sur les innovations technologiques et proposera définitivement une nouvelle approche sur la commercialisation des petites entreprises et des startups».

Parcours politique
M. Daoust a été élu député libéral de Verdun pour la première fois lors de l’élection provinciale 2014, avec plus de 50% des voix.  À l’Économie, on se souviendra de lui pour sa gestion du dossier Bombardier.

L’investissement de 1 milliard de dollars US accordé par Québec au programme de la CSeries avait fait les manchettes, alors que le Québec se trouvait en contexte d’austérité.

Plusieurs députés de l’opposition reprochaient alors à M. Daoust de ne pas avoir consulté Investissement Québec avant de prendre cette décision. Selon eux, le gouvernement s’exposait à un trop grand risque en limitant sa participation financière au projet.

Né à Verdun en 1945, Jacques Daoust a notamment été vice-président du groupe SNC, de la Banque nationale du Canada et de la Banque Laurentienne. En juin 2006, il est  nommé président et chef de la direction d’Investissement Québec par décret du Conseil des ministres. Au cours de sa carrière, il a siégé à plus de 25 conseils d’administration.

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!