Andréanne Moreau/TC Media Loin de l'atmosphère guindée que prennent souvent les événements caritatifs, la soirée de crabes de L'Ancre des Jeunes se déroulait dans une ambiance décontractée, dans une ancienne usine sur le site du futur projet Royalmount, à Ville de Mont-Royal .

Une odeur de succès accompagnait celle plus salée du crabe, mercredi soir, dans l’ancienne usine où se déroulait le souper-bénéfice de L’Ancre des Jeunes. L’organisme verdunois venant en aide aux jeunes décrocheurs a réussi à amasser 160 000$ pendant cette soirée hors du commun.

Le décorum ne tient pas longtemps, quand le repas principal est constitué de crabe. Déjà, la bavette encourage une certaine autodérision. Quand le voisin de table se retrouve arrosé pendant qu’on brise une pince, les fous rires éclatent et les gens se rapprochent.

Même les élus blaguaient entre eux, tous partis confondus. Jean-François Parenteau, maire de Verdun de l’Équipe Coderre, échangeait des plaisanteries avec son homologue du Sud-Ouest, Benoît Dorais, indépendant.

Précieux alliés
Le promoteur Alexandre Forgues a profité de ce souper pour renouveler son alliance avec L’Ancre des Jeunes avec un double engagement.

Le président de District Atwater a promis de doubler les montants de la loterie de la soirée,  ce qui a fait passer les recettes de 31 000$ à 62 000$. Le premier prix de cette loterie a d’ailleurs été offert par un de ses amis. Gilles Barbot a fait tirer une expédition pour 20 personnes sur deux des voiliers de chez Esprit de corps.

Comme pour Eläa, M. Forgues a annoncé qu’il verserait à L’Ancre 500$ par unité vendue dans son deuxième projet immobilier à venir à Verdun.

L’agence de communication marketing Bleublancrouge, qui a organisé l’événement, est elle aussi un allié important de l’organisme. «On avait offert une soirée à L’Ancre l’année dernière, mais ça a été un tel succès qu’on a décidé de remettre ça, en plus grandiose encore», explique le chef de la direction, Sébastien Fauré.

Presque tous les invités de la première édition ayant manifesté leur désir de réitérer l’expérience, l’équipe a doublé le nombre de convives. Les 800 billets ont trouvé preneurs sans problème.

«Des philanthropes comme Alexandre et Sébastien, qui ne font pas que signer un chèque, c’est essentiel pour des organismes comme nous, soutient la directrice de L’Ancre des Jeunes, Daphné Mailloux-Rousseau. Leur expertise et leur réseau de contacts nous sont bien plus utiles que l’argent.»

Expansion
Un peu comme le modèle de pédiatrie sociale du Docteur Julien, L’Ancre des Jeunes souhaite se franchiser en offrant aux organismes déjà existants à travers la province une boîte à outils, exportant en quelque sorte leur méthode qui a fait ses preuves.

Depuis 1991, l’organisme œuvre dans les arrondissements de Verdun et du Sud-Ouest, où le taux de décrochage est de 40%. Leur approche personnalisée et axée sur tous les aspects sociaux, pas seulement la performance scolaire, leur a permis de faire raccrocher plus de 2500 jeunes.

Ce programme pour franchiser l’organisme nécessitera un investissement de 2,5 M$.

Aussi dans Actualités :

blog comments powered by Disqus