Collaboration spéciale Le restaurant Balconville sera l'un des premiers à servir de l'alcool sans nourriture à ses clients à Verdun.

L’arrondissement de Verdun a officiellement mis fin le 7 avril à «139 ans de ville sèche», en accordant un permis de bar à deux établissements situés sur son territoire. Un moment qualifié «d’historique» par le maire Jean-Francois Parenteau.

Lors du dernier conseil d’arrondissement, le restaurant Balconville et la microbrasserie Benelux se sont vu accorder une autorisation d’usage conditionnel pour établissement avec service de boissons alcoolisées, une première pour Verdun.

«C’est tout un changement, affirme le maire Parenteau. Les gens vont pouvoir s’organiser des 5 à 7 et prendre un verre sans manger. On vient de changer l’offre et la dynamique de Verdun complètement.»

«On est vraiment content, affirme Sophie Bergeron, propriétaire du Balconville, avec un grand sourire. On l’attendait depuis longtemps. Quand on a ouvert, on avait déjà en tête la législation qui s’en venait. Je ne vous le cacherai pas, on voulait faire partie des premiers. Notre plan de match va finalement se réaliser.»

Le restaurant pourra donc servir de l’alcool à ses clients, sans que ces derniers ne consomment de nourriture, dès qu’il aura reçu son permis au niveau de la régie des alcools. «Ce ne sera pas un gros défi. L’enjeu était vraiment au niveau municipal», ajoute Mme Bergeron.

Pour Hugues Gagnon, propriétaire du Benelux, cette nouvelle représente le début d’un temps nouveau pour l’arrondissement.

«C’est un aboutissement très positif pour le Benelux, pour la rue Wellington et pour Verdun en entier. Je veux remercier les élus et tous ceux qui ont appuyé ce projet d’ouvrir la rue à des permis d’alcool.»

Le nouveau permis permettra à la microbrasserie de servir, en plus de ses bières brassées sur place, une sélection de scotchs, de vins, de cidres, ainsi que d’autres produits alcoolisés.

M. Gagnon souligne toutefois qu’un délai de plus ou moins une semaine sera nécessaire avant que les changements soient apportés au menu, afin de terminer les dernières démarches administratives.

Nouveau dynamisme commercial

Billy Walsh, directeur général de la Société de développement commercial (DSC) de la Promenade Wellington, se réjouit également des impacts positifs de ces nouveaux permis sur le dynamisme du quartier.

«C’est une excellente nouvelle, s’exclame-t-il. Ça va nous permettre de dynamiser le secteur au niveau commercial, mais aussi au niveau du service à la clientèle. Les gens avaient hâte, ils en avaient marre de devoir sortir de l’arrondissement pour prendre un verre.»

M. Walsh espère que cette brèche dans la réglementation permettra également de diversifier l’offre commerciale, notamment en attirant des établissements culturels.

Permis avec restrictions
Afin de pouvoir faire une demande pour un permis de bar, les établissements sont contraints de se plier à certaines restrictions. Ils ne peuvent avoir aucun appareil de loterie vidéo et doivent respecter un niveau sonore adéquat. De plus, la superficie de plancher destinée au service et à la consommation d’alcool ne doit pas excéder 200 m².

Ces restrictions ont été mises en place afin d’assurer la meilleure cohabitation possible entre les commerçants et les habitants.

«On s’est permis d’aller visiter les autres arrondissements afin de constater les différentes problématiques qu’ils rencontraient, explique M. Parenteau. On voulait offrir une offre de plus aux citoyens, sans créer de problématiques. On va donc rester très vigilants à ce niveau-là.»

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!