Le décès d’une cycliste d’une quarantaine d’années à la suite d’une collision avec un poids lourd dans l’arrondissement de Rosemont – La Petite-Patrie vendredi matin ravive le débat sur la sécurité routière à Montréal.

«C’est encore une fois une triste situation, le même scénario qui se répète», se désole Magali Bebronne, porte-parole de Vélo Québec.

Celle-ci constate que les accidents impliquant les camions et les cyclistes ou piétons, bien qu’ils soient rares dans la métropole, sont souvent fatals.

«Ce n’est pas la vitesse qui est en cause dans ce genre d’incident, mais le poids important du camion et ses angles morts. Voilà ce qui tue», constate Mme Bebronne.

De plus, la porte-parole trouve que les recommandations qui ont été faites lors de la Commission sur la cohabitation sécuritaire entre les usagers vulnérables et les véhicules lourds en milieu urbain en mai dernier tardent à être appliquées en ce qui concerne les camions.

«On connaît le scénario, on sait que les gabarits sont trop gros pour circuler à certains endroits, mais les solutions n’ont pas encore été appliquées», soutient-elle.

Mme Bebronne voudrait voir des mesures implantées similaires à celle que l’on retrouve à Londres en Grande-Bretagne, ville dans laquelle les camions qui ne passent pas les standards de sécurité ne peuvent plus circuler.

«Pour l’instant, on a des camions gros comme des mammouths dans nos rues. C’est comme si on mettait des éléphants aveugles dans un magasin de porcelaine et qu’on demandait à la porcelaine de faire attention» -Magali Bebronne, porte-parole pour Vélo Québec.

Vision Zéro
Pour sa part, Aref Salem, membre du Comité exécutif de la Ville de Montréal et responsable du dossier Transport pour l’administration Coderre, défend le bilan de la métropole.

«Nous avons adopté un plan Vision Zéro et qui a pour l’objectif principal de réduire le nombre de morts et de blessés. C’est toutefois un plan qui demande un travail de longue haleine», explique M. Salem.

Celui-ci rappelle que la Ville a récemment mis en place une réglementation réduisant de 10 km/h la vitesse permise aux véhicules sur les rues et les artères de la métropole.

«Nous appliquerons aussi très bientôt des mesures en lien aux recommandations qui ont été faites lors de la Commission du transport au sujet du camionnage. Je peux vous assurer que cela sera fait très rapidement, avant les prochaines élections», insiste le membre du Comité exécutif.

De son côté, la chef de Projet Montréal et de la première Opposition au Conseil de Ville a des doutes sur l’efficacité de la Vision Zéro telle qu’instaurée par l’administration Coderre.

«J’ai l’impression que c’est [la Vision Zéro] de la foutaise, s’exclame Valérie Plante. On dirait que ce n’est pas pris au sérieux. Je ne sais pas s’ils connaissent la véritable définition de «Vision Zéro», car cela veut dire qu’à la suite d’un accident on dépêche une équipe immédiatement pour en comprendre la cause et pour appliquer tout de suite des solutions.»

Mme Plante souligne que son parti a proposé une motion en janvier dernier pour tous les camions de la Ville de Montréal reçoivent des protections latérales, communément appelées «jupons», mais que celle-ci a été rejetée par l’équipe du maire.

Cette dernière croit aussi qu’il serait nécessaire de limiter les déplacements des poids lourds aux alentours de centres de distribution, afin que de plus petits véhicules fassent la livraison de marchandises dans les quartiers résidentiels.

Selon le rapport de la Commission sur la cohabitation sécuritaire entre les usagers vulnérables et les véhicules lourds en milieu urbain 56 personnes sont décédées à la suite d’une collision avec un poids lourd entre 2007 et 2016.

Aussi dans Actualités :

Nous sommes présentement en train de tester une nouvelle plateforme de commentaires sur notre site web. Grâce à Facebook Comments, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!