Anna McConnaughy était sur un vol vers Anchorage, la plus grande ville de l’Alaska, dimanche dernier, quand les membres d’équipage ont annoncé qu’un passager avait amené un serpent à bord. Le passager n’était plus dans l’avion. Le serpent, lui, y était toujours.

«Le pilote est venu et a dit: “Il y a un serpent en liberté dans l’avion, mais nous ne savons pas où il se cache”», a expliqué Mme McConnaughy en entrevue mardi.

Contrairement aux reptiles du film Snakes On A Plane, il n’était pas venimeux.

Parmi les sept passagers du vol reliant le village d’Aniak à Anchorage, c’est un petit garçon qui a aperçu le serpent, assoupi à l’arrière de l’appareil et partiellement recouvert par un gros sac.

«Il a ensuite dit à sa mère: “Regarde! Qu’est-ce que c’est?”», a relaté Mme McConnaughy. «C’est ainsi que nous avons tous appris que le serpent dormait dans un coin.»

Il n’y a pas eu de panique, précise la passagère. Selon elle, les gens étaient surtout curieux de voir l’animal.

Une agente de bord a capturé le serpent et l’a mis dans un sac de plastique. Le reptile a passé le reste du vol dans un compartiment à bagage et le vol a atterri à Anchorage à l’heure prévue.

Le réseau de télévision local KTVA a été le premier à rapporter l’incident.

Les photos prises par Anna McConnaughy montrent un serpent de 4 à 5 pieds de long.

Un porte-parole de la compagnie aérienne Ravn Alaska, William Walsh, a fait savoir par communiqué que le propriétaire de l’animal n’avait pas enregistré le serpent pour son voyage en cabine. À son arrivée à Aniak, il avait indiqué au transporteur que son serpent manquait à l’appel et qu’il était fort probablement sur le voyage de retour à Anchorage.

Aussi dans Monde :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!