AP

BERLIN – Des fragments d’une météorite tombée sur Terre il y a plus de dix ans semblent démontrer qu’une «planète perdue» errait jadis dans notre système solaire, affirme une nouvelle étude publiée mardi.

Des chercheurs suisses, allemands et français qui ont examiné des diamants trouvés dans la météorite Almahata Sitta en viennent à la conclusion qu’ils ont fort probablement été formés par une protoplanète il y a au moins 4,55 milliards d’années.

La météorite est tombée dans le désert du Soudan en octobre 2008. Les diamants qu’elle contenait renferment des cristaux miniatures qui auraient nécessité une pression énorme pour se former, a dit Philippe Gillet, un des coauteurs de l’étude.

Il a expliqué avoir démontré que ces diamants ne peuvent résulter d’un choc, mais uniquement d’une croissance survenue à l’intérieur d’une planète.

M. Gillett a ajouté que les chercheurs ont calculé qu’une pression de 2,9 millions psi serait nécessaire pour former de tels diamants, ce qui porte à croire que la mystérieuse planète avait au moins la taille de Mercure, et possiblement celle de Mars.

Les scientifiques supposent depuis longtemps que le système solaire contenait jadis plusieurs planètes de plus, même si certaines n’étaient rien d’autre qu’un amalgame de magma. L’une d’entre elles, Thela, aurait heurté la Terre, donnant naissance à la Lune.

Les conclusions de cette étude sont publiées par le journal scientifique Nature Communications.

Aussi dans Nouvelles insolites :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!