Pour celles qui sont prises dans une situation fâcheuse, voire dangereuse, l’aide pourrait venir grâce à un geste aussi anodin que se replacer les cheveux. Le Hairware est une extension de cheveux munie de senseurs et reliée à une application de téléphone intelligent, qui permet d’envoyer un message ou prendre une photo. Sa créatrice, la designer de technologies et chercheuse à l’Université pontificale catholique (PUC) de Rio de Janeiro, Katio Vega, explique à Métro les dessous de sa création.

Où avez-vous eu l’idée de cheveux connectés ?

Les extensions de cheveux font partie d’un projet plus large appelé Beauté technologique. Lorsque je faisais mon doctorat en informatique à PUC, je travaillais sur des vêtements et accessoires intelligents et comment nous innovons dans ce domaine. Plus spécifiquement, je me suis intéressé aux accessoires qui peuvent disparaître dans les objets du quotidien. Ensuite, lors d’une visite au Royaume-Uni, j’ai vu de filles avec de nombreux accessoires pour les cheveux et des extensions. Je suis devenue obsédée à l’idée d’intégrer la technologie dans des cheveux.

Qu’est-ce qui vous a attiré dans l’idée d’intégrer la technologie aux cheveux ?

Les femmes jouent inconsciemment avec leurs cheveux presque tout le temps. C’est un comportement qui envoie des signaux aux autres, mais la plupart du temps, ceux-ci ne saisissent pas le message. Mais si nous utilisons consciemment l’action inconsciente de se toucher les cheveux, nous pourrons faire fonctionner des appareils sans que personne ne le remarque. C’est un mélange de magie et de technologie à la James Bond, selon moi.

Comment fonctionne votre appareil ?

Hairware est un prototype qui connecte des extensions de cheveux métallisés par un procédé chimique à un petit contrôleur, les transformant en un dispositif de déclenchement pour différents objets. Les extensions sont des senseurs tactiles qui détectent les différents touchés des cheveux et reconnaissent l’intention de l’utilisateur par des algorithmes. Normalement, lorsque quelqu’un touche ses propres cheveux, elle se réconforte inconsciemment et émet au même moment un signal non verbal qui peut être décodé par un observateur. Toutefois, si elle refait ce mouvement sur le Hairware, elle ne fait pas que transmettre un message aux autres, car cela engendrera une action sur un objet connecté, créant ainsi une interface cachée sur différents appareils.

Quelles applications peuvent être contrôlées par les extensions?

Il n’y a pas de limites. Ce que nous avons créé permet de communiquer avec une multitude d‘appareils. À l’heure actuelle, le Hairware se connecte à un téléphone intelligent par Bluetooth, mais nous pourrions utiliser d’autres technologies sans fil afin de lui permettre d’interagir avec d’autres objets comme des lampes ou des petits électroménagers.

Est-il possible de faire plusieurs actions avec des gestes différents ?

Nous avons commencé avec cinq gestes, mais nous prévoyons intégrer de nouveaux mouvements et combiner le tout à d’autres technologies comme les GPS et les accéléromètres.

Pensez-vous créer un appareil semblable pour les hommes ?

Oui! Je vais travailler sur les barbes, mais je dois encore trouver le design. La prochaine étape est de comprendre les comportements qu’ont les hommes avec leurs barbes et construire un prototype qui peut détecter ses mouvements. Je suis fébrile à l’idée de commencer.

Aussi dans Nouvelles insolites :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!