Si vous êtes comme la grande majorité des gens, il ne passe pas une journée sans que vous deviez composer avec un imprévu, un changement de priorité, une crise soudaine ou une requête présentée comme urgente.

Quand ça se produit, deux choses peuvent survenir. Il se peut que, pompé par le stress et l’adrénaline, votre cerveau reptilien prenne le dessus. Dans ce cas, vous n’agissez plus. Vous réagissez sans trop réfléchir. Si, par exemple, on vous a présenté la requête inattendue comme étant prioritaire, il se peut que vous vous lanciez dans sa réalisation sans vous questionner sur les conséquences de cet empressement.

Un cerveau reptilien ne réfléchit pas; il attaque la tâche ou le porteur de la demande. En conséquence, il est probable que vous laissiez de côté une tâche importante alors que les circonstances ne l’exigent pas.

Il se peut aussi que vous laissiez votre cerveau sage traiter la requête avant de vous lancer dans l’action. Dans ce cas, vous vous poserez quelques questions avant de décider de votre réaction.

Est-ce vraiment urgent? Il y aura toujours des gens qui vous présenteront chacune de leurs demandes comme s’il s’agissait d’une obligation nécessitant que vous abandonniez toutes vos responsabilités courantes. Est-ce bien le cas? Posez des questions et évaluez.

Est-ce important? C’est important si ça vous permet d’avancer dans votre projet ou dans la réalisation de votre raison d’être dans l’organisation. Le problème, c’est que, trop souvent, les choses urgentes prennent le dessus sur ce qui est vraiment important. Quand ça arrive, on termine ses journées avec le sentiment de ne pas avoir avancé.

Quelles sont les conséquences si vous ne faites rien et êtes-vous prêt à vivre avec celles-ci? Cette question vous permettra de faire disparaître un faux sentiment d’urgence. 
Cette tâche vous revient-elle? Se pourrait-il que votre collègue tente de vous refiler un travail qui lui revient?

La prochaine fois qu’une demande vous arrivera en coup de vent, ne laissez pas votre cerveau primitif prendre les commandes de votre vie. Demandez-vous si la requête est vraiment importante. Dans bien des cas, vous réaliserez qu’elle ne l’est pas.

À ce moment, plus de culpabilité. Vous pourrez gentiment dire non ou reporter la demande et vous concentrer sur ce qui est vraiment important. Libéré du stress, vous agirez avec plus d’aplomb et vous continuerez à entretenir ce bon sentiment de succès qui vous permet de terminer vos journées en toute sérénité.

Aussi dans Au boulot! :

blog comments powered by Disqus