Depuis quelques années, le Québec voit son taux d’immigration exploser. Le manque de job en Europe, les conflits du Moyen-Orient, il y a du manteau sur le lit mon ami. C’est beau. J’aime ça. Pour toi, nouvel arrivant, laisse-moi te la présenter, ta nouvelle terre d’accueil. Laisse-moi te parler un peu de chez nous.

Côté températures, l’hiver, comme t’as pu le constater, il peut faire entre 5 oC et – 600 oC, et ce, dans le même 24 heures. Le printemps est comme tous les printemps sur terre, sauf que la quantité de neige qui fond rend le sol très mouillé, ce qui donne une odeur particulière de boue, de gazon et de merde de chien, auparavant cachée sous la neige. L’été, les températures varient entre 17 oC et 1 000 oC, aussi dans le même 24 heures. Si tous les automnes du monde étaient des toiles, le nôtre serait certainement La Joconde.

Côté gens. Pas besoin de te dire qu’on est du bon monde, c’est sûrement une des raisons pour lesquelles t’es venu vivre ici. On a nos cabochons, comme partout ailleurs, mais ils se tiennent tranquilles. Une fois par année, un sujet chaud les fait sortir de leur grotte, mais ça ne dure pas longtemps. Ils nous font honte devant la visite, alors on leur laisse jamais prendre beaucoup de place. Il faut savoir que le Québécois n’aime pas la chicane, encore moins paraître «pas gentil».

Messieurs, les femmes québécoises sont belles, attendez voir le printemps… Ici, ne t’étonne pas si une fille te drague. La Québécoise chasse, elle te ramène dans sa tanière et te demande de partir avant le déjeuner. Oui je sais, je sais. Calme-toi. Ne va pas t’acheter une caisse de condoms tout de suite, elle est quand même sélective, la Québécoise. Mesdames, le Québécois, lui, est très 21e siècle. Vous allez aimer son respect du sexe opposé, son implication dans la vie quotidienne, son ouverture sur le monde, sa capacité à faire un feu dehors en hiver et un risotto l’été.

Le milieu de travail… Il y a de l’emploi, peut-être plus que d’où tu viens, et c’est sûrement la principale raison pour laquelle tu es ici. Les rapports patrons/employés sont beaucoup plus relax qu’en France et dans d’autres pays plus hiérarchiques. Ici, le patron peut facilement blaguer avec les employés, sortir prendre un verre avec eux, jouer à Twister. Le respect et le rendement sont là, sans le côté «oui maître».

Côté sport, il y en a quatre majeurs. Le hockey sur glace, le hockey balle, le hockey sur table et le football. L’américain, pas le tien. On a une équipe de soccer, mais tu vas être un peu déçu. N’achète pas son chandail trop rapidement. Mais achète leur fromage par contre, il est bien bon. Si tu veux retrouver l’ambiance d’euphorie d’un stade, tu dois aller au Centre Bell. Idéalement quand le Canadien joue contre Toronto ou Boston. Tu vas goûter à l’ambiance la plus électrisante et partisane de tous les arénas en Amérique du Nord. Et en prime, apprendre une dizaine d’injures québécoises. Important.

Je pourrais te parler de chez nous pendant encore 2 000 mots, mais je te laisse découvrir le reste par toi même. Bienvenue chez nous. Bienvenue chez vous.

Les opinions exprimées dans cette tribune ne sont pas nécessairement celles de Métro.

Aussi dans Avec prétention :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!