Jeune étudiant, j’ai vécu dans beaucoup logements à Montréal. Plusieurs de ces logements étaient plus ou moins bien entretenus par leurs propriétaires. Les fenêtres étaient vieilles, les murs souvent mal isolés et les portes ne fermaient pas toujours très bien.

Chaque automne, je passais une demi-journée à installer des pellicules plastiques sur les fenêtres et à installer des coupe-froid sur les portes. Bref, j’habillais un peu mon appartement pour l’hiver!

Au même moment, j’ai travaillé pour Option consommateurs. L’un de mes mandats était de négocier auprès d’Hydro-Québec des ententes avec des clients à faible revenu qui n’arrivaient pas à payer leurs factures. Souvent, lorsque je recevais un appel d’un client, Hydro-Québec était sur le point de leur couper le courant, alors même que la saison froide arrivait. Je réussissais, la plupart du temps, à empêcher le pire, mais je me suis rapidement aperçu que les crises que nous tentions de désamorcer avaient des causes systématiques.

Évidemment, lorsqu’on ne paie pas sa facture d’électricité, c’est parce qu’on n’a pas beaucoup d’argent. Il s’agissait, pour la plupart, de prestataires de la sécurité du revenu. Encore aujourd’hui, les sommes que l’on verse à ces gens sont dérisoires. Un prestataire seul reçoit 589 $ par mois. Imaginez! Comment est-ce possible de payer un loyer et de la nourriture avec un montant aussi bas? Et il y a presque un demi-million de personnes qui vivent de l’aide sociale au Québec.

Lorsqu’on est si pauvre,  on doit souvent louer un logement de très mauvaise qualité. Et lke parc de logements montréalais est vieux. Plusieurs duplex et triplex ont été construits il y a 100 ans. Sans un bon entretien, ces logements deviennent rapidement des passoires qui laissent entrer l’air froid et parfois même la neige!

En 1995, le gouvernement a tenu un débat sur l’énergie au Québec. J’en ai profité pour étudier ce qui se faisait ailleurs dans le monde et j’ai découvert qu’il existait à plusieurs endroits des programmes d’efficacité énergétique ciblée pour personnes à faible revenu. C’est alors que nous avons proposé au gouvernement d’en faire autant au Québec. Ce fut d’ailleurs l’une des premières recommandations que le gouvernement a accepté à mettre en œuvre.

Depuis, il est possible de faire appel à une équipe d’un groupe communautaire qui, en l’espace d’une heure ou deux, se déplacera chez vous pour préparer votre logement à l’hiver et, par la même occasion, en profiter pour faire un rappel des habitudes écoénergétiques.

Vous connaissez quelqu’un qui pourrait bénéficier de ce service? Faites-lui suivre cette chronique!

À Montréal, c’est encore Option consommateurs, qui offre le service. Lors de ces visites, les employés de ce groupe effectuent des travaux mineurs, comme le calfeutrage des fenêtres et l’installation de coupe-froid pour les portes et prodiguent des conseils personnalisés en efficacité énergétique. De plus, ils analysent les factures de consommation d’énergie des consommateurs.

Cette année, afin de sensibiliser les ménages à revenu modeste à bien isoler leur logis, Option consommateurs lance le concours Éconologis, c’est gagnant! Ce concours vise à inciter les personnes qui recevront une visite, à promouvoir le service auprès de leurs proches. Les gagnants peuvent remporter un bon d’achat en pharmacie d’une valeur de 250 $ ou en épicerie de 500 $ ou encore un bon d’achat pour un réfrigérateur ENERGY STAR d’une valeur de 1000 $.

Prendre rendez-vous
Les personnes intéressées peuvent prendre un rendez-vous en composant le 514 798-0541, poste 401. Elles peuvent également se renseigner en visitant le site Internet du ministère des Ressources naturelles.

Aussi dans Maison du développement durable :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!