Dans un article de blogue portant sur la création d’une intelligence artificielle capable de négocier, la Facebook Artificial Intelligence Research (FAIR) a annoncé que l’un de leur modèle s’était créé son propre langage. Résultats: au lieu de négocier en anglais, deux robots ont simplifié leurs interactions en communiquant dans un langage qu’ils avaient eux-même développé.

L’équipe derrière FAIR a tout simplement «réparé» le modèle en question, puisque le but de l’expérience était d’imiter l’être humain.

Mais à en croire les articles portant sur le sujet, Facebook était à deux doigts d’appeler Will Smith pour éviter une catastrophe à la iRobot:

«L’intelligence artificielle (AI) invente des langages que les humains ne peuvent pas comprendre. Devrait-on l’arrêter? Des chercheurs à Facebook ont réalisé que leurs robots communiquaient dans un nouveau langage. Alors ils les ont arrêtés

*Trame sonore inquiétante de Terminator qui joue dans la pièce d’à côté*

Mais, mais mais. L’expérience était terminée quand les chercheurs ont décidé de l’arrêter, a confirmé Michael Lewis, le chercheur principal, à Snopes. Le code est même en accès libre (open source) ici.

Sauf que c’est une nouvelle beaucoup plus plate à rapporter.

Si on en croit les grands titres, FAIR, terrorisée par le monstre qu’elle avait mis au monde, aurait cessé son expérience pour sauver la race humaine d’une invasion de robots qui communiquent dans un langage incompréhensible.

L’histoire survient alors que le milliardaire Elon Musk, pourtant adepte des technologies «du futur», a annoncé publiquement son intention de réglementer les avancées technologiques reliées à l’AI «avant qu’elle ne représente un danger pour l’humanité».

À la fin du mois de juillet, le grand manitou de Tesla a d’ailleurs lancé une pique à Mark Zuckerberg, le PDG de Facebook, qui avait déclaré que s’opposer à l’intelligence artificielle était «assez irresponsable».

Sur Twitter, Musk a tout simplement répondu: «J’en ai parlé avec Mark. Sa compréhension du sujet est assez limitée».

C’est aussi pour cette raison qu’on parle de l’expérience cette semaine, alors que l’article de la FAIR a été rédigé en juin. #Timing.

Calmez-vous.

Soyez vigilants!


Suivez le Métroscope sur Twitter et Facebook

Aussi dans Métroscope :

Nous sommes présentement en train de tester une nouvelle plateforme de commentaires sur notre site web. Grâce à Facebook Comments, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!