On savait que Richard Bergeron était un adepte fini du tramway, mais qu’il voulait promouvoir le cheval en tant que véhicule des employés municipaux, ça c’est une nouvelle !

C’est en fait l’une des idées présentées par son parti (Projet Montréal) lors de la consultation publique sur l’avenir du Vieux Montréal. (Lire leur mémoire ici.)

J’ai beaucoup ri au début, mais en faisant un peu de recherche, je me suis rendu compte que certaines municipalités françaises avaient déjà fait le saut.

Lisez ceci : Le cheval peut servir au ramassage des poubelles (parc de la Tête d’or à Lyon), à la collecte du verre usagé (Beauvais) et même au transport scolaire ! (Saint Pierre sur Dives). On trouve un site internet dédié qui parle notamment de chevaux municipaux!!

L’idée de Projet Montréal va comme suit : le cheval risque de disparaître à Montréal si on ne fait rien. On est passé de 47 calèches en 2005 à une vingtaine actuellement et l’objectif de la Ville est de réduire leur nombre à 12. Projet Montréal ne défend pas le concept de calèche dans sa forme  actuelle,  «un  service de luxe à 80$/h réservé aux touristes», selon M. Bergeron, qui note que les chevaux sont souvent maltraités.

Le parti propose plutôt de construire une écurie près du marché Bonsecours  qui serait financée par des fonds municipaux (notez qu’elle ne serait pas construite à côté de chez M. Bergeron!). Gérée par un organisme, elle permettrait de prodiguer de meilleurs soins aux chevaux et servirait aussi de lieu d’interprétation pour les enfants. Bref, le cheval comme patrimoine vivant qui doit être conservé.

Les attelages de chevaux serviraient au ramassage des poubelles ou au ramassages des branches après l’émondage propose M. Bergeron, qui suggère d’étudier la question. Quand je lui ai demandé si les chevaux municipaux feraient leur entrée dans son programme politique, il a habilement esquivé la question!

Il faut dire qu’il y a tellement de bonnes blagues à faire avec ça qu’on sent qu’il marche sur des œufs. On imagine déjà des slogans humoristiques comme «l’homme qui parlait à l’oreille des chevaux»!

Ceci dit, ça reste une idée intéressante qui mériterait d’être étudiée. Par contre, je ne sais pas si l’idée intéressera les cols bleus : un cheval c’est moins pratique qu’un F-150 pour piquer un roupillon! (C’est encore une blague, m’envoyez pas de courriels de bêtises!)

Aussi dans Montréal sous observation :

blog comments powered by Disqus