La société n’est pas homogène. Votre fil Facebook ne devrait pas l’être non plus.

Avez-vous l’impression que tout le monde est toujours de votre avis sur Facebook? Vous n’êtes pas les seuls. Par leur tendance à s’entourer de gens qui leur ressemblent, mais aussi en raison des algorithmes qui décident du contenu qui leur est présenté, les internautes créent autour d’eux une «bulle de filtres», qui leur donne une fausse impression d’homogénéité dans la société. Voici comment corriger la situation.

Le concept de bulle de filtres n’est pas nouveau, mais les dernières élections américaines l’ont remis au goût du jour. Pour bien des Américains démocrates, l’élection de Donald Trump était inimaginable, car tout le monde semblait exaspéré par l’homme d’affaires. Bon nombre de républicains pensaient toutefois l’inverse, et voyaient plutôt la grogne populaire monter autour d’eux.

Deux raisons expliquent ces représentations divergentes de la réalité véhiculées sur les réseaux sociaux. Comme dans la vraie vie, les gens ont tendance à s’entourer de personnes à qui ils ressemblent, et avec qui ils sont d’accord. Comme n’importe qui l’a vu dans une discussion du temps des fêtes sur les accommodements raisonnables, différents avis peuvent toutefois exister au sein d’un même groupe. Ressembler à ses amis et à sa famille n’est donc pas suffisant pour expliquer le décalage observé sur les réseaux sociaux.

Sur l’internet, la chose est différente. Les fils d’actualités de Facebook et de Twitter, mais aussi les résultats de recherche de Google, sont personnalisés afin de maximiser les clics des utilisateurs. Facebook ne souhaite pas afficher les nouvelles les plus importantes, ou un mélange d’actualités bien dosé, mais plutôt les liens qui risquent le plus d’être suivis par ses membres.

La plupart du temps, cela veut dire présenter à l’utilisateur une opinion avec laquelle il est probablement d’accord. Le concept dépasse largement celui des liens pro ou anti-Trump. Les séparatistes voient passer chaque accroc à la loi 101, les écologistes chaque catastrophe environnementale et les foodies chaque nouveau plat offert dans les restos branchés.

Percer sa bulle: 
un effort en deux temps
Il existe différents outils sur l’internet pour tenter de contrer cet effet de bulle. Par exemple, Escape Your Bubble est une extension pour le navigateur Chrome, qui insère automatiquement des liens démocrates ou républicains dans son fil Facebook. Ces outils ne s’attardent toutefois qu’à certains sujets et ne sont pas d’un très grand intérêt au Québec.

Pour s’assurer d’avoir accès à des sources d’information variées sur les réseaux sociaux, il faut tout d’abord ajouter des gens et des médias avec lesquels nous ne sommes pas forcément d’accord, que ce soit d’un point de vue social, politique ou même religieux.

Suivre des activistes ou des animateurs de radio douteux n’est toutefois pas suffisant. Pour vraiment déjouer les algorithmes de Facebook et de Twitter, il faut aussi interagir avec eux, aimer et suivre leurs liens. Sinon, les réseaux sociaux vont continuer à privilégier les mêmes contacts qu’auparavant. Pour faciliter le tout, l’idéal est donc de trouver des gens intéressants à suivre, même si on ne partage pas leur avis. Il faut aussi cesser de voir un «j’aime» comme une adhésion, mais plutôt le considérer comme une forme d’ouverture 
d’esprit.

Varier ses sources d’information a toujours demandé un certain effort, et briser sa bulle de filtres sur l’internet ne fait pas exception. À l’heure où les réseaux sociaux représentent la principale porte d’entrée sur l’actualité pour de plus en plus de gens, et alors que des algorithmes opaques décident de ce qui est présenté ou non, cet effort est plus important que jamais.

Aussi dans Techno :

blog comments powered by Disqus