Collaboration spéciale Chevrolet Volt

Ce qui était un crédit d’impôt provincial pour l’achat d’autos écoénergétiques est devenu un rabais pour l’acquisition de véhicules électriques. Une bonne nouvelle? Oui et non.

Avec son Plan d’action sur les véhicules électriques, en vigueur depuis le 1er janvier 2012, le gouvernement provincial a transformé le crédit (que le consommateur devait attendre jusqu’à son prochain rapport d’impôt) en un rabais applicable directement chez le concessionnaire. C’est une première bonne nouvelle. Toutefois, si le programme en donne plus aux acheteurs de Chevrolet Volt, il en donne moins aux acheteurs d’hybri-des. Et il n’offre plus rien du tout aux acheteurs de simples voitures écoénergétiques. Qui plus est, l’aide financière est désormais limitée dans le temps – et en quantité.

Plus ici, moins là

Si le crédit provincial des trois dernières années s’appliquait à tout véhicule, électrique ou non, qui consommait en combiné moins de 5,27 L/100 km (4,54 L/100 km pour le diesel), il ne s’applique désormais qu’aux véhicules ayant une composante de motorisation électrique, c’est-à-dire aux hybrides, aux voitures rechargeables (à autonomie prolongée à l’aide d’un moteur à essence) ou aux véhicules 100 % électriques. Il faut avouer que la perte n’est pas très grande : de tous les véhicules «non électriques» actuellement offerts sur le marché, seule la Scion IQ est concernée, avec son combiné de 5,15 L/100 km. Mais bon : alors que l’an dernier, la petite urbaine aurait eu droit au crédit d’impôt, le nouveau Plan d’action ne lui donne pas droit au rabais, puisqu’elle n’est pas «électrique».

Deux fois plus pour la Volt

Parce que le Plan d’action vise spécifiquement les véhicules électriques, les rabais sont plus généreux pour ces derniers. Ainsi, la Chevrolet Volt a droit à un rabais de 7 769 $, alors qu’elle n’aurait eu droit qu’à un crédit de 3 000 $ l’an dernier. Québec a en outre décidé de moduler sa générosité selon la capacité des batteries, ce qui est tout à fait logique : plus une batterie a une forte capacité, plus le véhicule qu’elle propulse coûte cher. Le rabais «électrique» débute donc à 5 000 $ pour les véhicules de 4 kWh d’énergie, comme la Toyota Prius rechargeable (qui doit débarquer sur notre marché cette année). La Nissan Leaf, à 100 % électrique, a droit au rabais maximum (8 000 $), parce que la capacité de sa batterie dépasse les 17 kWh.

Pas «all-you-can-eat»

Mais… ces remises «vertes» sont limitées dans le temps, en plus d’être plafonnées. Ainsi, les rabais pour les hybrides se terminent en 2013 (dépêchez-vous!), en plus d’être dégressifs. C’était d’ailleurs le cas pour les crédits d’impôt, qui étaient de 2 000 $ en 2009-2010 et de 1 500 $ l’an dernier. Suivant cette tendance, les nouveaux rabais ne sont plus que de 1 000 $ cette année et ils passeront à 500 $ l’an prochain. De même, seuls les 5 000 premiers acheteurs y auront droit. Autrement dit : plus le temps avance, moins il y aura d’argent. Les rabais «électriques», plus généreux, auront cours jusqu’au 31 décembre 2015… sauf si, avant cette échéance, on atteint un plafond de 10 000 premiers acheteurs (entreprises, organismes à but non lucratif et municipalités incluses). Bref, c’est loin d’être un «all-you-an-eat» : selon nos calculs, les sommes expireront après 5 351 acheteurs de Leaf – ou 5 510 acheteurs de Volt.

Les bornes de recharge aussi
D’ici 2015, un budget de 50 M$ appuie le Plan d’action sur les véhicules électriques, mais une partie de cette somme (7,2 M$) sert aussi à soutenir ceux qui installeront, à domicile, une borne de recharge. Encore là, les mesures sont dégressives : un maximum de 1 000 $ par résidence cette année, de 800 $ en 2014 et de 600 $ en 2015. Pourtant, le gouvernement veut que le quart des véhicules achetés en 2020 soient électriques, d’une façon ou d’une autre. Il s’agit là d’une cible très ambitieuse : le dernier sondage de KPMG auprès de l’industrie automobile révèle qu’en 2025, les ventes de véhicules électriques en Amérique du Nord et en Europe ne devraient pas dépasser les… 10 %.

Rabais «électriques» depuis le 1er janvier 2012 Véhicules électriques (à 100 % ou rechargeables ou hybrides)

  • Chevrolet Volt 7 769 $
  • Mitsubishi i-MiEV 7 769 $
  • Nissan Leaf 8 000 $
  • Ford Focus électrique 8 000 $
  • Toyota Prius branchée 5 000 $
  • Smart Fortwo électrique 8 000 $
  • Tesla Model S 8 000 $
  • Rabais pour les hybrides* 1 000 $ en 2012 / 500 $ en 2013 / 0 $ en 2014

* Les hybrides admissibles au rabais doivent afficher une cote de consommation, en combiné, sous les 5,27 L/100 km. Pour 2012, les véhicules suivants sont admissibles : Ford Fusion Hybride (et sa jumelle Lincoln MKZ Hybride), Honda Civic Hybride, Honda Insight, Hyundai Sonata Hybride, Lexus CT200h, Toyota Camry Hybride, Toyota Prius, Toyota Prius C, Toyota Prius V.

Aussi dans Automobile :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!