Métro La rentabilité du choix d’un espace de travail partagé passe entre autres par la perception améliorée des clients envers ces «véritables» bureaux.

Louer un bureau dans un espace de travail partagé a un prix.

On doit compter 200$ par mois minimum pour une place dans une salle à aire ouverte et plus de 500$ pour un bureau fermé pour une personne. Une dépense importante… mais qui se justifie tant les avantages du partage des lieux de travail sont multiples!

Sabine Uwitonze et Claudine Larivière sont les heureuses membres de la Halte 24-7, un espace communautaire de travail qui a ouvert ses portes en 2014 à Montréal. C’est la première fois que Sabine, avocate, et Claudine, diététiste, s’essayent au coworking. Une expérience réussie, puisque les deux femmes sont ravies de leur choix.

Pour Claudine Larivière, qui travaillait essentiellement de la maison avant de se joindre à la Halte 24-7, faire le saut vers ce mode de partage de l’espace de travail a un coût. Elle paye 1400$, taxes incluses, le petit bureau assez vaste pour deux personnes qu’elle loue. «C’est ma plus grosse dépense fixe», reconnaît celle qui est également à la tête de Pluriels, une petite entreprise de consultation spécialisée en performance et en productivité au travail.

Une décision payante
Mais les avantages sont tels que les deux femmes s’accordent pour dire que cela en vaut la peine. «Les dépenses augmentent, mais les profits aussi», souligne Mme Uwitonze. En effet, les autres travailleurs autonomes et entrepreneurs solos qui ont fait de la Halte leur quartier général sont autant des clients potentiels. «Les occasions d’affaires sont partout!» remarque Mme Larivière, qui propose depuis peu des cours d’entraînement et de yoga auxquels certains de ses «collègues» se sont inscrits. Idem pour l’avocate qui, avec son associé, s’est chargée de l’incorporation et de la rédaction de contrats pour d’autres membres de la Halte.

La rentabilité du choix du coworking passe aussi par la perception améliorée des clients envers ces «véritables» bureaux. «Cela fait plus sérieux et plus professionnel», relève Mme Larivière. Un avis que partage l’avocate: «Les clients aiment venir ici, car les locaux sont beaux et projettent une image plus jeune et dynamique qu’un traditionnel bureau d’avocat en marbre.»

Des clients à qui il est possible d’offrir plus de services. La Halte, comme la plupart des espaces de travail partagé, disposent des grandes salles où Claudine Larivière peut désormais organiser des ateliers et des conférences. Quant à Sabine Uwitonze, elle a pu côtoyer beaucoup d’entreprises en démarrage grâce au coworking. «Découvrir leurs besoins me permet d’ajuster mon expertise», soutient-elle.

Les bénéfices du collectif
Comme les espaces de travail partagé accueillent des professionnels d’horizons différents, le coworking permet également de faire quelques économies. «On s’entraide et on s’échange des services», raconte l’avocate. Par exemple, quand son site internet connaît de petits ennuis, on peut se tourner vers le développeur web de la pièce voisine pour obtenir un coup de main plutôt que de faire appel au fournisseur de services, qui facturera la prestation.

De manière générale, faire partie d’un espace communautaire de travail fournit de nombreuses occasions de réseautage, donc la possibilité de gagner en visibilité, de partager son expérience avec des professionnels qui vivent les mêmes défis et d’obtenir des conseils de leur part. «On apprend beaucoup grâce aux rétroactions qu’on reçoit de la part des autres», affirme la diététiste.

Autre avantage du coworking: le plaisir de retrouver tous les matins des collègues qui forment une petite famille. «Cela donne plus envie d’aller travailler et cela me rend donc plus productive», avance Sabine Uwitonze. D’où l’importance, pour Claudine Larivière, de tester différents espaces de travail partagé avant de faire son choix. «La motivation est déjà difficile à trouver quand on se lance à son compte, alors c’est important de trouver un espace à son image, où l’on se sentira bien, car on va y passer beaucoup de temps!»

Deux «Airbnb des bureaux» à Montréal
Envie de pouvoir sortir de chez soi de temps en temps sans débourser 200$ par mois pour un bureau fixe? Les Montréalais ont désormais accès à deux «Airbnb des bureaux»: Breather et Airdesk.

  • Breather offre 12 espaces à Montréal, pour un tarif compris en 12 et 30$ de l’heure. Un prix un peu élevé, mais qui inclut souvent le Wi-Fi, le café, un canapé et la possibilité de travailler dans un lieu calme et au design soigné. Certains bureaux peuvent même accueillir jusqu’à 8 ou 10 personnes.
  • Quant à Airdesk, cette application mobile permet de réserver un bureau dans sept espaces de coworking de la ville. Les tarifs sont abordables puisqu’ils vont de 4,50$ à 7,68$ de l’heure. Attention: prévoyez un supplément, car certains services comme l’accès à une machine à café, à une imprimante ou encore à une salle de réunion ne sont pas toujours compris dans le tarif.

Aussi dans Carrières :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!