Archives Métro

À partir du 1er novembre, les patients et les employés ne pourront plus fumer ou vapoter aux abords du méga-hôpital du Centre universitaire de santé McGill (CUSM).

La nouvelle politique de l’établissement va au-delà de la Loi sur le tabac, qui interdit de fumer à l’intérieur des hôpitaux et à moins de 9 mètres de leurs portes d’entrée, en proscrivant cette pratique ainsi que le vapotage, qui n’est pas couvert par la loi, sur tous les terrains extérieurs appartenant au site Glen. Elle s’appliquera progressivement aux autres hôpitaux du CUSM au cours de 2016.

«Chaque année, plus de cinq millions de décès sont directement attribuables au tabagisme et plus de 600 000 non-fumeurs meurent à cause de leur exposition à la fumée secondaire. L’autorisation de fumer et de vapoter dans nos établissements nuit à notre mandat en matière de santé», peut-on lire sur le site internet du CUSM pour expliquer cette décision.

En parallèle, le CUSM offre des programmes de cessation du tabagisme à ses patients et à son personnel.

Selon les données connues par le Directeur de santé publique de Montréal (DSP), les seuls établissements du réseau qui interdisent de fumer sur tous leurs terrains extérieurs sont les centres jeunesses et l’Institut Philippe-Pinel. D’autre part, le DSP n’a aucune indication que des établissements auraient banni le vapotage sur leurs terrains extérieurs.

Notons que l’ensemble des directions de santé publique de la province ont proposé en août dernier d’obliger tous les établissements de santé à fournir un tel environnement sans fumée, dans le cadre des consultations sur la Loi visant à renforcer la lutte contre le tabagisme.

Le comité des usagers du CUSM s’est réjoui de la nouvelle et a indiqué ne pas avoir reçu de commentaires de patients embêtés par l’interdiction à venir.

«On espère que ça va faire boule de neige», a de son côté commenté Claire Harvey, porte-parole du Conseil québécois sur le tabac et la santé (CQTS). Le Centre hospitalier de l’Université de Montréal réévaluera sa politique dans le cadre de l’ouverture, en 2016, du nouvel hôpital.

Aussi dans Montréal :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!