Cette question a été posée sur le site CurioCité où les citoyens de Montréal peuvent s’adresser directement aux journalistes de Métro et poser leurs questions.

****

Le melon de Montréal a disparu au 20e siècle en raison du développement urbain. Il était cultivé sur des terrains dans les arrondissements d’Outremont et de Côte-des-Neiges–Notre-Dame-de-Grâce, qui ont laissé place à des immeubles et à l’autoroute Décarie.

Le melon de Montréal était connu jusqu’à Boston et New York. Il était si bon qu’une seule tranche était vendue au coût d’un steak, ont rapporté l’ancien vice-recteur, Pierre Simonet et l’historienne, Sophie Cardinal, qui ont réalisé en 2013 l’exposition «La face cachée de la montagne» au Centre d’histoire de Montréal.

Dans les années 1990, des semences du melon de Montréal ont été trouvées aux États-Unis. Les recherches se sont poursuivies notamment grâce à la journaliste Sophie Lachapelle, qui a rencontré une famille qui a fait pousser le melon de Montréal. Depuis 2011, l’organisme Slow Food Montréal tente de retrouver la souche du fruit mythique.

Aussi dans Bouffe :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!