Métro Denis Coderre

MONTRÉAL — Le maire de Montréal, Denis Coderre, estime que le projet d’oléoduc Énergie Est a perdu toute pertinence après la décision du gouvernement Trudeau, mardi, de donner le feu vert à deux autres pipelines dans l’Ouest du pays.

Selon lui, le fait d’avoir trouvé deux voies de passage pour le pétrole albertain, l’une vers la côte ouest via Vancouver avec le pipeline Kinder Morgan et l’autre vers les États-Unis, de l’Alberta vers le Wisconsin avec la Ligne 3 d’Enbridge, ne fait qu’ajouter un argument de plus contre le projet de la société TransCanada.

«Avec cette décision, je me pose encore plus la question sur la pertinence d’Énergie Est», a déclaré le maire, mercredi, après avoir présenté le budget 2017 de la Ville de Montréal.

Par contre, il se dit «tout à fait solidaire» du maire de Vancouver, Gregor Robertson, de qui il s’attend de voir émerger une contestation judiciaire, probablement aux côtés des communautés autochtones qui s’opposent également au projet de Kinder Morgan.

Denis Coderre rappelle que le monde municipal québécois est aussi opposé au projet de pipeline Energie Est.

«Nous, on va garder la cap. La CMM (Communauté métropolitaine de Montréal) est contre ce projet, d’autant plus qu’on n’a pas eu de réponse à nos questions depuis le début de toute façon. (…) On a des milieux humides et des terres agricoles à protéger», a fait valoir M. Coderre.

Constatant que le premier ministre Justin Trudeau n’a pas hésité à passer outre la contestation de la Ville de Vancouver, M. Coderre entend mobiliser les forces municipales, les groupes environnementaux et les communautés autochtones afin de faire valoir que ce projet n’a pas l’acceptabilité sociale requise et va à l’encontre de la transition énergétique dans laquelle s’est engagé le Québec.

Il a également souligné au passage que la Cour suprême de Colombie-Britannique a averti Ottawa qu’il ne pouvait faire fi de la compétence partagée en matière d’environnement dans le dossier d’un autre oléoduc, le projet Northern Gateway dans le nord de la province côtière, que le gouvernement Trudeau a décidé d’abandonner.

«Ce que je trouve intéressant, vous avez vu dans le cas (Northern Gateway) où on l’a refusé, on a vraiment mis de l’avant la question des autochtones», a fait remarquer le maire.

«J’ai rencontré il y a quelques mois à Akwesasne les 25 leaders autochtones; on s’est entendu qu’on allait travailler ensemble», a-t-il mentionné en guise d’avertissement.

Aussi dans Montréal :

blog comments powered by Disqus