Les contraventions distribuées par les agents de stationnement et les policiers ont rapporté moins d’argent que ce que prévoyait la Ville de Montréal dans ses objectifs financiers.

Au total, ce sont près de 30M$ en moins dans les caisses de la Ville, peut-on lire dans le rapport financier de Montréal présenté mercredi.

La Ville comptait obtenir plus de 176M$ en 2016 avec les contraventions liées à la circulation et au stationnement. Mais à la fin de l’année, seulement 147M$ ont été comptabilisés.

À cette somme devrait néanmoins s’ajouter 10,5M$ qui s’inscriront dans le prochain rapport annuel, en raison de délais supplémentaires provoqués par l’application d’un nouveau code de procédure judiciaire instauré l’an passé.

Les chantiers ont mobilisé les policiers
Pour expliquer cet écart avec ses projections, l’administration met en avant l’augmentation significative du nombre de chantiers de construction qui ont mobilisé les policiers.

«Ça ne s’arrêtera pas demain matin», a indiqué Pierre Desrochers, président du comité exécutif de la Ville.

Ce dernier, qui dit «espérer» y voir une meilleure discipline des automobilistes, dément cependant des objectifs financiers. «L’objectif des policiers n’est pas de faire des revenus, a-t-il défendu. Ces contraventions sont faites pour la sécurité des gens et les policiers doivent continuer de faire leur travail.»

Un temps supplémentaire remis en question
Alors que l’élu précise qu’une baisse des estimations aura «probablement» lieu au cours de la rédaction du prochain budget, la Ville compte également s’attaquer au temps supplémentaire accordé aux agents municipaux.

En 2016, un dépassement de 10,5M$ a été facturé par l’administration pour les heures supplémentaires des policiers du SPVM présents sur ces chantiers.

«On doit trouver une façon de réduire ces coûts le plus tôt possible. C’est un objectif clair», a assuré Pierre Desrochers, confiant être en négociation à ce sujet avec la Fraternité des policiers de Montréal, le principal syndicat des forces de l’ordre.

Contacté par Métro, ce dernier n’a pas souhaité réagir. Projet Montréal, l’opposition officielle, évoque la possibilité d’instaurer «des civils pour s’occuper de la sécurité dans les rues et les chantiers».

«Il faut trouver une entente raisonnable pour les deux parties», a ajouté Valérie Plante, la chef du parti.

Ces différents éléments n’ont cependant pas empêché la Ville de conclure le dernier exercice financier avec un surplus global de 139,1M$ pour un budget d’environ 5G$.

Les faits saillants

  • En 2016, 68% des revenus de la Ville (5,16G$ au total) provenaient des taxes, soit 3,5G$.
  • L’exercice financier 2016 s’est conclu par un surplus global de 139,1M$, dont 58,5M$ provenant des arrondissements.
  • La rémunération des élus et employés représentait 47,1% des dépenses totales, soit 2,4 milliards $.
  • La taxe de bienvenue a rapporté 184M$, une hausse de 13% par rapport à 2015.
  • Montréal a dépensé 143M$ pour le déneigement, un chiffre en baisse de 2,8M$.
  • La Ville a investi près de 1,2G$ dans des activités d’immobilisations. Il s’agit d’une hausse de 59% depuis 2013.

Aussi dans Montréal :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!