Mario Beauregard/Métro Benoit Dorais et Valérie Plante

L’arrivée de Benoit Dorais dans les rangs de Projet Montréal a fait en sorte que le maire du Sud-Ouest a perdu la présidence du conseil d’agglomération. Un choix assumé par l’administration de Denis Coderre, qui a également retiré un poste important à Marvin Rotrand.

Pour justifier le départ de Benoit Dorais, président depuis janvier 2016 du conseil d’agglomération de Montréal, l’administration municipale a évoqué lundi la décision du maire du Sud-Ouest prise fin mai de rejoindre l’opposition officielle.

«Depuis le début de ce mandat, il y a toujours eu un représentant de l’opposition sur ce conseil [qui réunit 31 élus] et ce siège est comblé [par Richard Ryan]», a indiqué, lundi, au cours de la séance du conseil municipal, Francesco Miele, conseiller d’Équipe Coderre, le parti du maire de Montréal chargé de nommer les élus de cette assemblée.

Cette décision a provoqué l’ire des élus des différentes oppositions. «Je trouve cette approche déplorable, a clamé Justine McIntyre, chef de Vrai changement pour Montréal, qui a reproché à Denis Coderre de «punir les élus pour leur adhésion» à un autre parti. Je pense que tout le monde a des qualités qu’il faut reconnaître.»

Pour Sterling Downey, conseiller de Projet Montréal, c’est «un mauvais message» qu’envoie le maire Coderre. «Cette action est complétement inacceptable, a-t-il affirmé. On devrait respecter les élus et les responsabilités qu’on leur donne.»

Défendant Denis Coderre, Francesco Miele a indiqué que cette décision permettra à d’«autres membres de pouvoir exercer ce rôle dans les prochains mois.»

Marvin Rotrand quitte la STM
Un autre élu, qui n’appartient pas au parti du maire de Montréal, a également subi un changement de ses prérogatives. Vice-président du conseil d’administration de la Société des transports de Montréal (STM) depuis 2002 et chef de Coalition Montréal, Marvin Rotrand va perdre son poste en raison, a-t-il expliqué, d’«une décision du maire».

Se disant «très surpris», le conseiller de Snowdon ne veut pourtant «pas spéculer» sur les raisons qui ont poussé Denis Coderre.

«En décembre, il m’a dit qu’il était très satisfait de mon travail, puis en janvier, il me disait qu’il était mal à l’aise car j’étais chef de Coalition Montréal», a-t-il révélé, avant de préciser qu’il n’a «pas l’intention de créer une grande bataille» pour retrouver un poste qu’il lui apportait près de 30 000$ par an.

Marvin Rotrand a annoncé jeudi dernier, lors du congrès de son parti, qu’il serait une nouvelle fois candidat en novembre sous les couleurs de Coalition Montréal. Au cours de cette assemblée, les membres ont voté pour présenter des candidats face à Équipe Coderre et Projet Montréal.

Denis Coderre n’a pas souhaité réagir.

Aussi dans Montréal :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!