Josie Desmarais La terrasse du bar Renard, situé sur la rue Sainte-Catherine.

Avant l’été 2018, le bar Renard du Village devra reconstruire sa terrasse jugée non-conforme par l’arrondissement de Ville-Marie. Celui-ci est revenu sur sa décision jeudi et accorde un délai au commerce pour se plier aux règlements municipaux.

«Pour cette année, l’arrondissement a uniquement demandé de rendre sa rampe d’accès conforme et de démonter tout ce qui se trouve au-dessus du garde-corps du café-terrasse», a fait part jeudi la porte-parole de Ville-Marie, Anik De Repentigny, dans un échange de courriels.

L’arrondissement avait demandé dans un premier temps de reconstruire la terrasse d’ici le 6 juillet, parce qu’elle est jugée trop haute selon les règlements municipaux. La pente de la rampe d’accès était aussi considérée comme étant «trop abrupte».

«Il a été demandé de se conformer au plan initialement approuvé l’an prochain ou de nous soumettre de nouveaux plans l’an prochain», a ajouté Mme De Repentigny, précisant que les plans soumis n’ont pas été respectés.

«Sur le plan approuvé, nous avions prévu, sur le café-terrasse, une rampe donnant accès au plancher intérieur de l’établissement, qui est plus haut.» – Anik De Repentigny, porte-parole de Ville-Marie.

Le copropriétaire du bar Renard, Marc-André Coulombe, a expliqué avoir fait construire une terrasse à la même hauteur que son commerce. Une rampe a été ajoutée, permettant aux personnes à mobilité réduite d’accéder autant à la terrasse qu’au bar.

«Si on avait fait notre terrasse à une hauteur moins élevée, la terrasse aurait été universellement accessible, mais pas notre commerce, a fait savoir M. Coulombe. Donc, les personnes à mobilité réduite n’auraient pas pu se rendre à l’intérieur du commerce ou même aller à la salle de bain.»

Le copropriétaire du bar Renard a admis avoir modifié les plans de la terrasse au moment de la construction. «Je savais qu’elle était hors norme d’urbanisme, mais qu’elle [respectait] les normes d’accessibilité, a-t-il dit. Il y a une ambiguïté que je compte débattre.»

«La seule raison qu’on me donne [pour justifier la non-conformité de la terrasse], c’est que c’est écrit dans les règlements que [la terrasse] doit être à cette hauteur, a déploré M. Coulombe. Ça ne fait pas de sens.»

«Les personnes à mobilité réduite ont une voix. Elles doivent être comprises. C’est pas parce que quelqu’un, quelque part, a écrit quelque chose que ça ne peut pas être changé en 2017.» – Marc-André Coulombe, propriétaire du bar Renard

Le Regroupement des activistes pour l’inclusion au Québec (RAPLIQ) a donné son appui aux propriétaires du bar Renard. Sa présidente, Linda Gauthier, a aussi trouvé la pente abrupte, mais elle a jugé les installations du bar Renard conviviales.

 

Aussi dans Montréal :

Nous sommes présentement en train de tester une nouvelle plateforme de commentaires sur notre site web. Grâce à Facebook Comments, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!