Josie Desmarais/Métro L'ancien site du parlement du Canada-Uni, dans le Vieux-Montréal.

Le musée Pointe-à-Callière a ouvert au public, mardi, le site de fouilles archéologiques où était situé l’ancien parlement du Canada-Uni. Il s’agit de l’un des plus grands sites archéologiques au pays.

«C’est notre Pompéï à nous», a déclaré la conservatrice et archéologue en chef de Pointe-à-Callière, Louise Pothier. Cette dernière faisait référence à l’incendie survenu le soir du 25 avril 1849 à la suite d’une émeute. Avant cet embrasement, Montréal était la capitale du Canada-Uni, de même que sa métropole et son centre financier. Entre 1844 et 1849, le parlement était situé dans le bâtiment qui abritait le Marché Saint-Anne – alors le plus grand édifice de la ville – où se trouve actuellement la place D’Youville dans le Vieux-Montréal. À la suite brasier, le parlement a été relocalisé en alternance entre Toronto et Québec, avant de s’établir pour de bon à Ottawa, en 1866.

«Les gens ont tout laissé, ils sont partis en courant, a raconté Mme Pothier. Tout ce qu’on retrouvera était sur place le soir de l’incendie.» «Ce qu’on va y trouver est assez exceptionnel», a ajouté la directrice générale de Pointe-à-Callière, Francine Lelièvre.

«On peut se demander ce que Montréal serait devenue s’il n’y avait pas eu d’incendie au parlement» – Francine Lelièvre, directrice générale de Pointe-à-Callière.

Dans le site archéologique s’étendant sur 100 mètres de long par 20 mètres de large, les archéologues espèrent découvrir des «patterns verticaux» dans la couche où se trouvent les vestiges de l’incendie et qui couvre environ un mètre d’épaisseur sur les 5 mètres de profondeur du site, a détaillé le chargé de projet en archéologie à Pointe-à-Callière Hendrik Van Gijseghem. Ainsi, ce qui se trouvait au 2e étage du parlement devrait se retrouver sur le dessus de la couche d’incendie, et ainsi de suite.

Déjà, des fouilles exploratoires, effectuées en 2011 et en 2013 dans des espaces circonscrits du site, avaient permis de mettre à jour des centaines de milliers d’artefacts. Louise Pothier a expliqué que cette-fois-ci, les fouilles, réalisées avec la firme Ethnoscop, permettront de reconstituer l’aménagement, les occupations et les fonctions du bâtiment. Elles pourraient mettre à jour des livres – les bibliothèques du parlement en comptait plus de 20 000 – ou des restes des activités économiques des marchés.

Une exposition en plein air sera présentée aux visiteurs du site archéologique. Des visites guidées gratuites sont aussi proposées afin de mieux comprendre cette période de l’histoire.

«C’est par l’archéologie qu’on va pouvoir redonner un peu de mémoire à ce fait historique parce que nous avons peu de documents», a rappelé Mme Lelièvre. Cette dernière a souligné que cette page d’histoire a été occultée «parce qu’on était malheureux de l’incendie ou parce qu’elle était le reflet de conflits». «[Mais] les Montréalais devraient en être fiers», a insisté le directrice générale du musée Pointe-à-Callière.

Le site sera remis en état au début de l’été prochain, a indiqué Mme Lelièvre. «On sera mieux placés à ce moment-là pour déterminer le type de mise en valeur qu’on mettra en place pour que les gens puissent voir les vestiges. On veut que la population y ait accès».

Mme Lelièvre a par ailleurs laissé entendre que les projets d’agrandissement de Pointe-à-Callière progressent bien et ont suscité un «grand intérêt des trois niveaux de gouvernement», en plus de récolter 13 M$ du privé.

À l’époque du Parlement de Montréal, entre 1844 et 1849 

  • La langue française est reconnue comme étant une des langues officielles de l’État;
  • L’Assemblée obtient le contrôle du budget;
  • La Loi qui établit le «gouvernement responsable» est adoptée. Cela fait en sorte, notamment, que les ministres sont choisis parmi les députés élus du parti majoritaire à l’Assemblée.

1849
Les émeutes qui ont mené à l’incendie du Parlement de Montréal le 25 avril 1849 ont été déclenchées alors que le gouverneur général, Lord Elgin, a sanctionné la Loi pour l’indemnisation des victimes des Rébellions de 1837-1838. Des manifestants, opposés à cette décision, se sont rués sur l’édifice et l’ont saccagé.

Infos
L’exposition Montréal, capitale du Canada – Un Parlement sous vos pieds est ouverte du mercredi au dimanche, de 12h30 à 16h30, jusqu’au 24 septembre.
Le site archéologique sera ouvert jusqu’à la fin du mois d’octobre.

Aussi dans Montréal :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!