Josie Desmarais/Métro Me Anne-France Goldwater

Très remontée contre les dernières décisions prises en matière de gestion animalière par l’administration municipale de Denis Coderre, la célèbre et colorée avocate, Anne-France Goldwater, envisage toujours de se lancer dans la course à la mairie de Montréal.

Depuis quelques mois, vous laissez planer une éventuelle candidature à la mairie de Montréal. Avez-vous pris votre décision?
C’est une décision extrêmement difficile à prendre et je vais indiquer bientôt ma décision. Je dois penser à ma sécurité personnelle, mais surtout, savoir si je serais capable d’effectuer des changements. C’est ce qui compte. Je ne vais pas me présenter pour satisfaire mon égo. Mais je considère aussi le niveau provincial et fédéral. Mon choix dépend de l’endroit où je pourrais avoir le plus grand impact. Si je peux être utile pour la société, je vais le faire.

Y a-t-il une place, selon vous, pour un troisième candidat entre Denis Coderre et Valérie Plante, la chef de lopposition?
J’aime beaucoup Mme Plante, mais elle n’est pas assez bien connue. Moi, je suis très connue. C’est ce qui m’inspire à considérer la chose. Mais le problème, c’est que les gens ne sont pas vraiment encouragés à voter. Le vrai défi sera d’intéresser la population. Coderre n’a pas nécessairement besoin d’encourager les gens à voter. Il représente le statu quo. Il sait qu’il est là comme faute de mieux.

Vous critiquez régulièrement le maire de Montréal. Pourquoi?
Il fait quelque chose que je n’aime pas et que je retrouve aussi chez certains avocats. Je hais les gens qui ont un faux sourire, qui vont vous dire une chose puis dire l’opposé à votre voisin. Il dégage l’image d’un bon vivant, sociable, avec beaucoup d’entregent. Mon instinct, c’était de l’aimer, car j’aime les hommes avec de la chair autour de l’os. Mais lorsque j’ai vu qu’il n’était pas intéressé à écouter d’autres avis, ça a changé mon opinion. C’est frustrant. Moi, je n’ai pas ce talent-là. J’ai zéro filtre et je dis toujours ce que je pense, que l’on aime ou pas.

Pourquoi pensez-vous avoir une chance à la mairie de Montréal?
Je suis anglophone, fédéraliste, j’ai voté Harper et on pourrait penser que je suis l’ennemie naturelle du peuple. Au contraire. Deux choses font en sorte que j’aie cette popularité: mon franc-parler et le fait que je suis en amour avec la langue française. On me pardonne tous mes pêchés (elle rit). Mais je ne suis pas comme lui [Denis Coderre], je n’irais pas à tous les événements et au Grand Prix. Ça ne m’intéresse en rien. Si je dois accéder à la mairie, on ne me verrait pas. Je serais enterrée quelque part avec des états financiers. J’ai un assez bon pif pour trouver où est la corruption et le gaspillage. Le vrai problème, c’est ce gaspillage des fonds publics.

Des partis municipaux vous ont-ils contacté pour vous présenter?
Oui (elle sourit), mais je ne peux pas dire lesquels.

Il y a quelque chose à apprendre du grand Schtroumpf orange au sud de la frontière [Donald Trump]. En ce moment, il y a un certain appétit des citoyens pour s’éloigner de ce système où les partis cherchent à conserver un statu quo.»

Vous poursuivez la Ville, avec la SPCA, pour faire annuler le nouveau règlement sur le contrôle animalier qui interdit désormais les pitbulls. Pourquoi avoir décidé de prêter votre image publique?
J’ai ça dans le sang, c’est comme ça. Le Québec a une réputation épouvantable dans le monde avec les usines de chiots et de chatons. Lorsqu’on s’est doté, il y a deux ans, d’une loi pour la protection des droits des animaux, je me suis dit «enfin». Mais comment la Ville, qui doit faire respecter cette loi, peut dire aux gardiens de chiens d’abandonner leur animal? C’est complètement contradictoire.

Québec compte cependant adopter une loi pour interdire les pitbulls dans toute la province
Mon nez de juriste me dit que Denis Coderre s’est rendu compte que son règlement avait un problème. Donc, il a fait appel à ses amis. Le danger et ma plus grande crainte, c’est cette loi provinciale. Il faudra faire le nécessaire devant l’Assemblée nationale pour leur faire comprendre qu’ils font une grande erreur. Les pitbulls sont interdits en Ontario. Pourtant, il y en a en quantité industrielle. Les gens les identifient autrement ou les cachent. Les règlements et les lois de punition ne changent pas les comportements. Il faut, au contraire, encourager les gens.

Nêtes-vous pas en faveur de conditions pour détenir un pitbull, comme lexige ce règlement?
A-t-on besoin d’un certificat disant qu’on n’a pas de dossier criminel pour obtenir un emploi ou un passeport? C’est une drôle de situation de devoir prouver que l’on n’est pas un criminel. Faire une déclaration, n’était-ce pas nécessaire? Je ne suis pas d’accord pour avoir autant de contraintes, mais il en faudrait pour l’adoption de tout animal. Trop de gens adoptent des animaux sans de rendre de la responsabilité que ça implique. Mais je suis une avocate et j’encourage les gens à respecter la loi. Mon rôle ensuite, c’est de la contester devant les tribunaux.

Je déplore cet élan non scientifique, agressif, intimidant par rapport à des chiens d’une certaine race.»

La Ville est-elle partie en guerre contre les pitbulls et leurs propriétaires?
Exactement. Et je ne sais pas en quoi ça apporte plus de justice et de sécurité au sein de la population. Après cette tragédie impliquant la famille Vadnais [NDLR: Christine Vadnais est décédée durant l’été 2016 après avoir été mordue mortellement par un pitbull], j’ai été très affectée et j’ai fait beaucoup de recherches. Je comprends le besoin de la famille de trouver justice. Mais la justice, c’est lorsque le maître de l’animal est tenu responsable pour ce qu’il a fait. Ce n’est pas de punir des milliers de concitoyens qui n’ont absolument rien fait et qui n’ont souhaité le mal de personne.

Vous contestez le bilan de ladministration actuelle en matière de gestion animalière?
Le rodéo, si primitif, c’était ridicule. Il [Denis Coderre] avait promis de mettre fin aux calèches, il ne l’a pas fait alors que des chevaux vivent dans des conditions absolument déplorables. Le maire a cédé sur ce point devant les tribunaux. Il était plus pressé de faire du mal aux chiens que de sauver des chevaux.

Mais il prévoit quand même de mettre en place une écurie et un refuge municipal. Nest-ce pas une idée que vous défendez?
Mais d’où va venir l’argent maintenant qu’il a jeté 1G$ à la poubelle pour le 375e? L’idée de créer un refuge est excellente. J’aimerais que ça puisse permettre aux gens avec un faible revenu d’avoir accès à la vaccination et à la stérilisation à un prix modique.

***

Des lettres contestées

La semaine dernière, la Ville de Montréal a envoyé 520 lettres aux propriétaires de pitbulls qui ont fait la démarche d’enregistrer leur animal. Ils avaient jusqu’au 1er juin pour transmettre les documents nécessaires. Leur dossier étant jugé incomplet, l’administration leur demande de retirer leur chien du territoire montréalais d’ici quatre semaines. Alors que de nombreux citoyens contestent cette décision, clamant avoir transmis tous les papiers, Me Goldwater a décidé de conseiller, gratuitement, plusieurs d’entre eux. «Ce ne sont pas des criminels mais des personnes honnêtes, responsables et prêtes à assumer leurs responsabilités, explique-t-elle. Je n’ai rien contre l’idée d’une date butoir, mais la Ville devrait utiliser sa discrétion pour accorder des exceptions et faire preuve d’une générosité d’esprit. Il ne faut pas oublier que l’obtention de tous ces documents demande beaucoup de frais. Ce n’est pas facile pour tout le monde de sortir plusieurs centaines de dollars.»

Aussi dans Montréal :

Nous sommes présentement en train de tester une nouvelle plateforme de commentaires sur notre site web. Grâce à Facebook Comments, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!