La communauté algonquine du Lac Barrière sort ses casseroles mercredi midi, à Montréal, pour manifester contre la coupe de «sa» forêt par la compagnie forestière Produits forestiers Résolu, anciennement Abitibi Bowater.

Appuyés par la Coalition large de l’Association pour une solidarité syndicale étudiante (CLASSE), qui estime que le droit autochtone fait partie intégrante de sa lutte plus large pour le bien commun, les Algonquins ont demandé à Québec de respecter l’Accord Trilatéral, signée en 1991 par le gouvernement provincial et la communauté du Lac Barrière.

Cet accord vise à permettre l’abatage tout en protégeant la mode de vie des Algonquins, et il leur offrirait 1,5 M$ des 100 M$ de revenus issus de l’extraction des ressources sur leur territoire chaque année.

Résolu a précisé, par voie de communiqué, que la répartition du volume de bois à proximité du lac Barrière a été accordée par le ministère des Ressources naturelles et de la Faune du Québec (MRNF) en vertu de la Loi québécoise sur les forêts.

Ces volumes de bois servent d’approvisionnement pour la scierie de la Société située à Maniwaki.

Aussi dans Montréal :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!