Mathias Marchal Une voiture stationnée sur la rue Ontario est remorquée alors que la rue ne nécessite plus aucun ramassage de la neige, qui a fondu.

En tout, 8922 autos ont été remorquées ces derniers jours lors de la controversée opération de chargement de la neige. C’est bien plus que la moyenne des trois derniers hivers.

Depuis trois ans, Montréal a lancé 16 opérations de chargement de la neige et, en moyenne, environ 7700 véhicules sont remorqués chaque fois, si l’on se fie aux chiffres fournis sur le portail des données ouvertes de la ville de Montréal. Les 8922 véhicules remorqués du 15 au 18 mars représentent 1200 véhicules de plus que la moyenne des trois derniers hivers.

Les automobilistes pourraient avoir été trompés par le fait que de nombreuses rues n’étaient absolument plus enneigées lors du passage des déneigeurs. Bon nombre d’entre eux ont signifié leur mécontentement sur les réseaux sociaux et ils ont dénoncé un gaspillage de fonds publics de la part de l’administration Plante.

Fallait-il lancer une septième opération de chargement? «Ça n’a pas été une décision facile. S’il n’y avait pas de problème sur le réseau artériel, ce n’était pas le cas dans les rues résidentielles où, entre autres, plusieurs entrées charretières nécessitaient des interventions», a expliqué lundi l’élu responsable du déneigement à la Ville, Jean-François Parenteau.

«Tous les responsables d’arrondissement étaient conscient de la situation et avaient individuellement la responsabilité d’ajuster leurs parcours opérationnels en fonction de l’accumulation réelle de neige en bordure de rue.» – Marilyne Laroche Corbeil, relationniste à la ville de Montréal.

Dans ce contexte, M. Parenteau a indiqué avoir envoyé une directive aux directeurs de différents arrondissements, leur demandant de faire preuve de jugement et de privilégier les rues secondaires nécessitant réellement un ramassage de la neige. Depuis trois ans, ce sont les artères qui ont priorité, mais la semaine dernière, elles étaient bien souvent déjà libres de toute neige.

Métro a pu observer dans au moins trois arrondissements que la directive ne semblait pas avoir été suivie. Même dans l’arrondissement de Verdun, dirigé par Jean-François Parenteau, le tiers des remorquages ont été effectués sur des grands axes, où la neige avait déjà fondu. «Même dans mon arrondissement, la directive n’a pas été suivie et j’ai demandé une rencontre avec mon directeur des travaux publics pour avoir des réponses», a rapporté spontanément celui qui est en charge du déneigement.

Du côté du Plateau-Mont-Royal, Michel Tanguay, porte-parole de l’arrondissement, souligne que la note envoyée aux arrondissements a été reçue vendredi en fin d’après-midi. C’est environ 30 heures après l’annonce initiale. «On a fait le tour de l’arrondissement, et quand la quantité ne justifiait pas le ramassage, on ne remorquait pas et continuait sur une autre rue», indique par courriel M. Tanguay,  en citant la rue De Lorimier et le boulevard Saint-Joseph.

L’opposition officielle dénonce «l’amateurisme de l’administration». Selon le chef d’Ensemble Montréal, Lionel Perez,  «lorsqu’il n’y a pas de neige, je pense que ce n’est pas pertinent de remorquer des véhicules ou faire semblant d’aller de l’avant. C’est inacceptable de forcer un déneigement qui n’est pas nécessaire. Les contribuables vont devoir payer pour un déneigement superflu.»

Difficile au moment de publier de chiffrer l’ampleur des sommes gaspillées. M. Parenteau, qui avait déjà entamé une tournée des arrondissements pour revoir certaines méthodes de déneigement, promet de rectifier le tir pour l’hiver prochain.

En attendant, les automobilistes ayant reçu une contravention après avoir vu leur véhicule remorqué devront s’acquitter des 118$, en plus des frais exigibles. «Comme l’affichage était présent, on n’a pas le pouvoir de dire à l’agence de stationnement affiliée au Service de police de la Ville de Montréal, [Stationnement Montréal], de ne pas appliquer le règlement. Ce serait contraire à la loi», a mentionné M. Parenteau.

 

Aussi dans Montréal :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!