(Photo: Gracieuseté) La dalle-parc dans les plans originaux de 2010, avant de disparaître du portrait en 2012. Les raisons de cette disparation demeurent nébuleuses après 5 ans.

La Ville de Montréal remet le projet de dalle-parc de l’échangeur Turcot à l’ordre du jour et lancera prochainement une étude de faisabilité.

Un montant de 125 000$ sera réservé à la «réalisation d’une étude de faisabilité technique d’un lien nord-sud dans la cour Turcot et au-dessus des voies de l’autoroute 20 et des voies du CN qui relirait les arrondissements de Côte-des-Neiges-Notre-Dame-de-Grâce et du Sud-Ouest», indiquent les documents du conseil municipal.

Selon les informations obtenues par Métro, ce montant servira à l’étude du projet de dalle-parc, mis de côté par le ministère des Transports en 2012.

Ce chemin bordé d’arbres devait trôner au-dessus des voies rapides pour permettre aux citoyens de traverser à pied ou à vélo la cour Turcot depuis la rue Saint-Jacques jusqu’aux abords du canal de Lachine.

Il n’a pas été possible de parler aux élus responsables du projet lundi pour savoir quel concept la Ville privilégie. L’attaché de presse du comité exécutif, Youssef Amane a indiqué qu’il était «trop tôt pour s’avancer sur un concept», mais que des études seront faites sur un lien nord-sud.

«On est très contents que la Ville poursuive son engagement, a soutenu la responsable des campagnes Transport, GES et aménagement du territoire du Conseil régional de l’environnement de Montréal (CRE-Mtl), Tania Gonzalez. Mais on s’attend à ce que le gouvernement prenne ses responsabilités et engage des sommes. La responsabilité de ce projet devrait être provinciale.»

«Je vois dans la stratégie de la Ville de Montréal une façon de faire avancer le dossier. Mais la responsabilité de ce projet devrait être provinciale.» – Tania Gonzalez, responsable des campagnes Transport, GES et aménagement du territoire du Conseil régional de l’environnement de Montréal

Le CRE-Mtl est très actif dans la Coalition dalle-parc pour tous, qui regroupe aussi de nombreux citoyens. L’actuel président du comité exécutif et maire du Sud-Ouest, Benoit Dorais, avait d’ailleurs participé à un rassemblement l’été dernier.

En novembre, M. Dorais s’était réjoui de l’ouverture du ministre des Transports, André Fortin. «Nous nous sommes rencontrés avec Valérie Plante ce midi pour parler de l’échangeur et la question de la dalle-parc s’est posée. Nous sommes sur la même longueur d’onde au sujet du transport actif», avait simplement déclaré M. Fortin dans le cadre d’une visite du chantier de Turcot.

Mme Gonzalez croit que le fait que la dalle-parc ait été retirée du projet a fait perdre «beaucoup de temps» et que c’est la raison pour laquelle il faudra faire une étude faisabilité. «On aurait une intégration à même les budgets du plus grand projet autoroutier du Québec, a-t-elle jugé. Avec les données du provincial, on pourrait avoir à attendre à la toute fin de la construction de l’échangeur pour se pencher sur la dalle-parc.»

 

Aussi dans Montréal :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!