Archives Métro

La Ville de Montréal a rendu publique la liste des bâtiments considérés comme prioritaires pour une inspection sur la salubrité mercredi. C’est dans les arrondissements de Côte-des-Neiges–Notre-Dame-de-Grâce (CDN-NDG) et de Saint-Laurent où se trouve le plus grand nombre de bâtiments à priorité élevée.

Les services municipaux ont identifié près de 4000 bâtiments qu’ils souhaitent inspecter de manière préventive. De ce nombre, 346 ont été jugés de priorité élevée et 862 de priorité moyenne, le reste est de priorité faible. Il n’y a pas d’échéancier précis sur les visites à effectuer, mais les bâtiments jugés de priorité élevée commenceront à être inspectés cet automne.

«Ce n’est pas une question de délai, il faut les faire tous. Il faut qu’on baisse le nombre de bâtiments insalubres», soutient la responsable de l’habitation au comité exécutif, Madga Popeanu, rappelant que l’administration s’est engagée à inspecter 30 000 logements d’ici la fin de son mandat, en 2021.

Voyez où sont les bâtiments jugés prioritaires sur notre carte. Plus un cercle est grand, plus il y a eu de plaintes au 311 dans les cinq dernières années. Il est possible que deux cercles se trouvent un par-dessus l’autre, étant donné la géolocalisation par coin de rue. En plus grand ici.

Plus de la moitié des bâtiments de priorité élevée se situent dans CDN-NDG (106) et dans Saint-Laurent (71). Si le premier arrondissement est celui où le plus d’inspections sont prévues au total, soit 927, dans Saint-Laurent, plus du tiers des bâtiments sont vus comme très prioritaires.

«On a pris modèle sur Chicago. [Pour établir l’indice de priorité], on a pris en compte le nombre de plaintes des dix dernières années, l’âge du bâtiment, le type d’immeuble et les permis de rénovations déjà faites», explique Mme Popeanu.

«À Côte-des-Neiges, ça reste un problème qui est important.» –Madga Popeanu, responsable de l’habitation et élue de Côte-des-Neiges.

Cette classification est nouvelle à la Ville. Elle permet à la direction de l’habitation de la ville-centre d’établir des priorités. Auparavant, c’était les arrondissements qui envoyaient à la ville-centre des listes de bâtiments à inspecter.

L’élue de Côte-des-Neiges indique que la ville-centre agira de manière «préventive et non curative». «Tout ce qui est réponse à une plainte, ça reste l’arrondissement qui va intervenir», spécifie-t-elle.

Alexandre Cadieux, du comité logement de Parc-Extension, salue l’arrivée de données de priorisation. «Montrer qu’il y a un indicateur et qu’on va de l’avant avec les 30 000 inspections dans les prochaines années, tant mieux», estime celui qui avait signé un rapport en juillet ayant démontré un «manque de données fiables» de la Ville sur l’insalubrité.

Toutefois, M. Cadieux aurait trouvé plus utile que les adresses des bâtiments soient publiées plutôt que simplement le coin de rue. «Pour favoriser la transparence et la participation citoyenne, il faudrait être plus clair. Je ne vois pas comme le locataire peut participer ou si les gens peuvent décider de ne pas signer un bail sur cette base», avance-t-il.

Puisque les inspecteurs de la ville-centre, dont le nombre est passé de 8 à 16, ont l’autorité pour donner des contraventions, M. Cadieux espère que l’ordre de priorisation publié en données ouvertes fera en sorte que la Ville «aura une approche plus coercitive que de collaborative avec les propriétaires». «On ne veut pas juste une transparence pour une transparence, juge-t-il. On veut une transparence qui permet de voir si la Ville continue à collaborer avec des propriétaires délinquants ou si elle commence à serrer la vis.»

Aussi dans Montréal :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!