Yves Provencher/Métro L'ancien Hippodrome de Montréal

Dans le cadre de la réflexion menée actuellement par la Ville de Montréal sur le développement immobilier du site de l’ancien hippodrome, des organismes de Côte-des-Neiges continuent leur mobilisation afin de réclamer la construction de 2 500 logements sociaux.

Les objectifs actuels du Projet hippodrome sont largement insuffisants, estime la porte-parole de la Corporation de développement communautaire (CDC) de Côte-des-Neiges, Jennifer Auchinleck. La plan présenté en mars dernier, lors de l’acquisition des terrains par la Ville, prévoit 15 % de logements sociaux sur un total de 5 000 à 8 000 unités à Blue Bonnets.

Au mieux, 1 200 logements sociaux verraient le jour à l’hippodrome, note Mme Auchinleck. «À qui profite ce projet? Nous revendiquons depuis 2005 un développement qui répond aux besoins des gens du quartier, explique-t-elle. Nous ne voulons pas de gentrification, mais bien d’un développement inclusif.»

La Ville mènera de mars à mai 2013 une première consultation publique sur la planification du Projet hippodrome, par l’entremise de l’Office de consultation publique de Montréal (OCPM).

C’est l’occasion pour plusieurs intervenants de rappeler les besoins criants en matière de logement dans le quartier Côte-des-Neiges. «Certaines familles vivent dans des conditions inacceptables d’un pays comme le Canada, dénonce la coordonnatrice de l’Organisation d’éducation et d’information logement (ŒIL) de Côte-des-Neiges, Denise Belec.

Elle cite des chiffres de 2006 selon lesquels 4 245 ménages du quartier consacrent au moins 80 % de leurs revenus à leur loyer, souvent entassés à plusieurs dans des logements insalubres. La coordonnatrice de l’ŒIL précise qu’on trouve seulement 2 700 logements sociaux à Côte-des-Neiges sur un parc immobilier d’environ 45 000 logements. «Les familles à faible revenu ont aussi droit à un logement décent. La Ville ne réussira pas son pari de retenir les familles à Montréal si elle ne trouve pas les moyens de les loger adéquatement», soutient Mme Belec.

Au-delà des questions financières, certains intervenants insistent sur l’importance, dans un quartier multiethnique comme Côte-des-Neiges, de bâtir des communautés. «Le logement constitue le vecteur principal pour intégrer les immigrants, d’où l’importance pour la Ville de mettre l’emphase sur Blue Bonnets», affirme Mazen Houdeib, directeur général du Regroupement des organismes du Montréal ethnique pour le logement (ROMEL). «Le Projet hippodrome représente une opportunité unique», ajoute-t-il.

À la suite des premières consultations publiques, Montréal lancera en septembre un concours de design international afin de choisir les firmes qui s’occuperont de l’aménagement du site de l’hippodrome.

La mise en œuvre du Projet hippodrome est prévue pour 2017.

Aussi dans Montréal :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!