Le service de messages d'alerte téléphonique permettra de communiquer seulement avec ceux qui ont un téléphone fixe à la maison.

Si un avis d’ébullition d’eau entre en vigueur ou si un nuage de fumée toxique flotte au-dessus de la métropole, les Montréalais en seront avisés à partir du mois de juin par un message téléphonique automatisé. Pas moins de 18 000 citoyens seront ainsi joints à chaque heure.

Le comité exécutif de la Ville de Montréal a donné mercredi son autorisation à ce projet dont l’implantation coûtera 140 000$. «Cet outil sera utilisé seulement quand la vie, la santé ou la sécurité des citoyens de l’agglomération de la ville de Montréal sont mis en cause», a insisté mercredi le coordonnateur de la sécurité civile de l’agglomération de Montréal et directeur du Service de sécurité incendie, Serge Tremblay. Il a aussi donné comme exemple les chaleurs accablantes, les tempêtes de neige ou le verglas. «Il faudra s’assurer que les messages ne créeront pas de panique, a ajouté M. Tremblay. C’est un outil qui nous permet d’informer rapidement la population, mais nous ne voulons pas l’utiliser si ce n’est pas nécessaire.»

Montréal est l’une des premières villes au Canada à offrir ce service en ayant accès à la banque de données du 911. Le Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes (CRTC) lui a donné l’autorisation en 2007 et, au cours des trois années qui ont suivies, des balises ont été fixées. Le service de messages d’alerte téléphonique permettra de communiquer seulement avec ceux qui ont un téléphone fixe à la maison. Serge Tremblay espère pouvoir joindre les détenteurs de téléphones cellulaires ou sans fil d’ici un an.

Au cours des trois prochains mois, la Ville tentera aussi de faire en sorte qu’elle soit en mesure de contacter les malentendants avec les messages téléphoniques automatisés «On ne prendra pas pour acquis que [le service de messages automatisés] fonctionne à 100%, a fait savoir Serge Tremblay. Cet outil ne remplacera pas les médias, le porte-à-porte ou la distribution de dépliants.»

Comment ça fonctionne?

  • Le coordonnateur de la sécurité civile de l’agglomération de Montréal, Serge Tremblay, sera responsable de l’envoi de messages téléphoniques automatisés.
  • Au moins 300 citoyens seront joints à chaque minute ou 18 000 à l’heure.
  • Si un citoyen répond à l’appel ou s’il possède un répondeur, la Ville considérera qu’il est informé. Sinon, le système de message automatisé fera un nouvel appel.
  • Un système de cartographie permettra de savoir dans quel secteur les Montréalais n’ont pas été informés et où on doit consentir davantage d’efforts pour les contacter.
  • Les citoyens qui voudront en savoir plus sur la situation d’urgence qui prévaut pourront communiquer avec le 311. 

Aussi dans Montréal :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!