Les antennes de téléphonie cellulaire ont crû de façon importante ces dernières années sur les poteaux, les tours d’habitations, les clochers d’église et les feux de circulation montréalais. Au point où la Ville veut resserrer les règles régissant leur installation. «Même si le domaine des télécommunications est de juridiction fédérale, les municipalités ont la compétence de régir les antennes de télécommunication et il est pertinent d’assurer une certaines cohérence sur l’ensemble du territoire», conclut d’ailleurs la Ville de Montréal dans un récent rapport.

Si Santé Canada juge que ces antennes respectent les règles de santé publique, plusieurs citoyens s’interrogent quand même sur leur innocuité. Certains arrondissements tentent aussi depuis quelques mois de régir leur installation et leur apparence.

Avec le nouveau règlement, qui sera soumis à l’Office de consultation publique de Montéral (OCPM) en octobre, il faudrait désormais obtenir un permis d’installation délivré par l’arrondissement avant de déployer une antenne. L’installation de ces dernières serait donc plus sévèrement encadrée, notamment dans les secteurs résidentiels et à proximité des édifices patrimoniaux.

Selon le texte soumis par la Ville à l’OCPM, «les antennes ne pourraient pas être installées devant une fenêtre ou un balcon». Elles devraient également être de la même couleur que le poteau ou le feu de circulation où elles seraient installées.

La possibilité d’installée de tours d’antennes de plus de 10 mètres de hauteur serait aussi réduite.  

Aussi dans Montréal :

blog comments powered by Disqus