Dans la foulée de l’effondrement d’une poutre de béton et de paralumes dans le tunnel Ville-Marie, le député péquiste et critique en matière de transports, Nicolas Girard, a appelé le ministre des Transports, Sam Hamad, a faire preuve de transparence afin d’éviter qu’une grave crise de confiance ne survienne entre les automobilistes et le ministère des Transports du Québec (MTQ).

«Si, comme Sam Hamad l’affirme, toutes les routes du Québec qui sont ouvertes sont sécuritaires, pourquoi ne rend-il pas publics tous les rapports d’inspection des infrastructures routières de la région métropolitaine, s’est questionné M. Girard. Qu’a-t-il à cacher?»

Au cours des derniers mois, le ministre des Transports a refusé de rendre public le rapport d’inspection du pont Mercier, jugeant que le document, trop technique, ne pourrait être compris par une majorité de Québécois. Les rapports qui ont été rédigés à la suite des inspections menées en 2008 et 2010 dans le tunnel Ville-Marie n’ont pas été rendus publics non plus.

«Nous réfléchissons à ce que nous allons faire avec les rapports de 2008 et 2010, a indiqué en avant-midi, la porte-parole du MTQ, Caroline Larose. Mais les rapports qui seront faits sur les causes de l’effondrement seront rendus publics par le ministère des Transports.»

En après-midi, le MTQ a annoncé que les deux rapports concernant le tunnel Ville-Marie avaient été mis en ligne sur son site internet.

Le premier ministre Jean Charest avait déclaré plus tôt qu’il n’avait pas d’objection à ce que les rapports d’inspection dont dispose le gouvernement soient rendus publics. Il a également indiqué que l’inspection sommaire menée en 2010 dans le tunnel Ville-Marie n’avait pas révélé d’anomalies.

En plus de la Sûreté du Québec, qui tente de reconstituer la scène de l’effondrement, le MTQ mène sa propre enquête. Deux ingénieurs indépendants ont été mandatés pour appuyer les deux ingénieurs du ministère chargés d’enquêter sur les causes de la chute, sur l’autoroute 720 Est, d’une poutre de béton et des paralumes qu’elle soutenait, dimanche matin.

Le travail d’inspection devrait commencer en fin de journée lundi, après que le MTQ ait pu garantir la solidité des poutres et des paralumes restants.

«La prochaine étape, c’est de laisser toute la latitude aux ingénieurs pour faire leur travail, a soutenu Mme Larose. Ils vont déterminer les prochaines étapes à suivre, le type d’inspection qu’ils ont besoin de faire, la durée de la fermeture et les prochaines interventions.»

Aussi dans Montréal :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!