Yves Provencher/Métro Michel Brûlé

À moins de deux semaines du scrutin du 3 novembre, Métro a décidé de prendre le métro avec les cinq principaux candidats à la mairie de Montréal. Tout en parcourant la ligne verte, les candidats ont dû expliquer leurs priorités, leur vision et les défis que représente une campagne lancée sur les cendres d’une administration malmenée.

Michel Brûlé

L’éditeur Michel Brûlé, chef du parti Intégrité Montréal et présentement en cinquième place dans les sondages avec 2% des intentions de vote, a fait de la défense du français son fer de lance.

«C’est inacceptable que le capitaine des Canadiens ne parle pas français, ou qu’on chouchoutte un joueur comme Carey Price ou  P.K. Subban, qui n’ont pas fait l’effort», s’enflamme-t-il.

M. Brûlé ne mâche d’ailleurs pas ses mots lorsqu’il décrit le traitement que les médias lui ont réservé, lui qui a été écarté des débats télévisés.

Viau

Comment peut-on améliorer l’accès aux transports en commun dans les endroits éloignés de la ville?

Il faudrait qu’on se serve des capteurs de mesure plus efficacement. On saurait exactement le nombre d’usagers qui passent par heure. Il faudrait acheter une nouvelle flotte de mini-bus et les utiliser sur certains circuits moins fréquentés. En France, le mini-bus fait un malheur. Il faut réduire les coûts et ça serait une manière de le faire.

PieIX

Pourquoi est-ce important pour vous d’avoir des candidats qui ne proviennent pas de «l’establishment» politique?

Monsieur et madame Tout-le-monde veulent du changement, mais on se rend compte que l’establishment ne veut pas de changement. Le plus gros problème – oui il y a la corruption et la collusion –, mais le plus gros problème, c’est le copinage. On l’a vu avec la commission Charbonneau, il y a une surfacturation, et l’establishment ne veut pas que ça change. Ces gens-là qui sont acoquinés à l’establishment, on les présente comme des candidats qui font partie de l’élite, mais en réalité, ce sont des vautours qui exploitent le système.

Joliette

Comment peut-on développer la ville sans repousser les moins fortunés aux quartiers limitrophes?

Je suis un homme d’affaires qui a des idées de gauche. Je suis très très sensible aux commerçants et aux PME. Il faudrait aider les gens à se donner les moyens d’être propriétaires, et il faut arrêter le nivèlement par le bas. C’est un cercle vicieux, vous savez. C’est beau les HLM, mais il faut donner les outils aux gens pour s’en sortir. C’est un peu le principe du dicton chinois qui parle d’apprendre à un homme à pêcher plutôt que de lui donner un poisson.

Prefontaine

Comment peut-on améliorer la situation financière souvent précaire des artistes?

C’est un choix de société. On a 5000 policiers à Montréal, c’est beaucoup. Normalement, il devrait en avoir un par 1000 habitants, nous on en a trois fois plus qu’à Vancouver. Dans cette optique, il faut faire les bons choix et aider nos artistes, qui ne sont pas si nombreux que ça. Ce que je trouve scandaleux, c’est qu’il y a plein d’organismes comme Culture Montréal dont on entend jamais parler. Ils veulent que leur budget soit majoré de 13 M$ à 20 M$, mais déjà, je trouve que 20 M$, c’est minime. On pourrait faire mieux.

Frontenac

Vous voulez consacrer 2G$ par année aux infrastructures, c’est près de 40% du budget de la Ville. Comment peut-on financer ça?

Les infrastructures sont aussi subventionnées par les autres paliers gouvernementaux. Cette année, on a dépensé 1,5G$, et c’est de l’argent jeté par les fenêtres. On sait que c’est le crime organisé qui construit nos routes, et eux s’assurent que les routes aient l’air belles, mais qu’elles durent le moins longtemps possible. Ils sont morts de rire. Malgré tout, on continue de leur faire des chèques! Mes adversaires parlent de remplir les nids-de-poule, alors que la seule chose à faire, c’est de refaire le réseau de A à Z.

Papineau

Une question nous provenant de Twitter: Gabriel Lefebvre (@G4BBEvous demande «Qu’allez-vous faire de concret pour protéger le français à Montréal?»

Ça prend des gestes. Par exemple, pourquoi le maire de Montréal n’interviendrait pas publiquement et en disant que c’est inacceptable qu’un capitaine des Canadiens ne parle pas français, ou qu’on chouchoutte un joueur comme Carey Price ou  P.K. Subban, qui n’ont pas fait l’effort? Pourquoi ne dénonce-t-on pas ça? Si on regarde aussi le Marché Bonsecours, c’est écrit dans la pierre « Bonsecours Market », donc il y a plein de gestes comme ça. Mais je veux que, le plus tôt possible, le français soit la langue commune de tous les Montréalais.

Beaudry

Vous voulez réduire le nombre d’élus de façon draconienne. Comment est-ce que cela affecterait les services aux citoyens?

On peut aller voir les fonctionnaires. Le problème c’est l’élu, il est dans une tour d’ivoire sans avoir trop de comptes à rendre. Il y a beaucoup d’effectifs autour de lui. Ça coûte cher un élu. Et trop d’élus, ce n’est pas vrai que ça donne plus de démocratie. Au contraire, c’est la pagaille, on se chicane.

BerriUqam

Si vous aviez été maire au moment du printemps érable, comment auriez-vous réagi face aux manifestations?

J’aurais été en guerre totale contre Jean Charest. Je l’aurais dénoncé tous les jours. [D’avoir provoqué cette crise], c’était une manœuvre électorale machiavélique de la part du gouvernement libéral, et ça frise la trahison. Quant à moi, M. Charest est le plus grand traître de l’histoire du Québec. En tant que maire de Montréal, j’aurais manifesté carrément dans la rue avec les jeunes.

SaintLaurent

C’est votre première campagne électorale, quelles sont vos impressions?

Je suis vraiment très déçu. La campagne a été vraiment anti-démocratique et la démocratie a été bafouée du côté des médias. Tous les candidats à la mairie pourraient être élus, mais on a fait un choix dès le début dans les médias. On nous présente toujours les mêmes visages. Le seul nouveau visage, c’est Mélanie Joly, mais à part être belle, elle est exactement comme les autres, elle est pour le statu quo.

Placedesarts

Comment faire la promotion d’artistes et musiciens anglophones montréalais tout en protégeant le français?

L’empire anglo-britannique exerce son hégémonie un peu partout dans le monde. Mais au niveau économique, le bateau prend l’eau. L’argent parle russe, chinois, portugais. On est à l’heure de la diversité. Montréal a tout à gagner à afficher son identité francophone. Je suis convaincu que dans dix ans, on n’écoutera pas autant de musique anglophone. Il faut être conscient de ça et il faut parler de questions identitaires. Mes adversaires sont partitionistes, ils n’ont aucun intérêt à parler du reste du Québec. Pour moi, Montréal est la métropole du Québec, et non pas la banlieue d’Ottawa.

McGill

Vous avez proposé de mettre des péages sur tous les ponts. Cela ne risque-t-il pas d’enrager les automobilistes, à l’instar des politiques de Luc Ferrandez, que vous critiquez souvent?

Je veux mettre l’accent sur le covoiturage. Il faudrait d’ailleurs une agence nationale de covoiturage. Je propose que dès qu’il y a trois personnes dans la voiture, on élimine le péage.

Peel

Le siège social de votre entreprise est à Québec et non à Montréal, pourquoi?

J’ai une maison secondaire à Québec et le fait d’avoir mon bureau là-bas m’assure une permanence parce que je suis plus souvent ici, à Montréal. Si je suis élu maire, il n’y aura pas de rivalité entre Québec et Montréal, mais plutôt une complémentarité. On est trop petit au Québec, on est condamné à la solidarité, alors moi, les guerres de clochers, je suis contre ça.

GuyCondordia

Comment peut on faire pour relancer le centre-ville?

À la station de métro Mont-Royal, ça a pris deux ans pour réparer l’escalier mécanique. Vous pouvez vous imaginer les femmes avec leurs poussettes… Il y a une incohérence totale. J’étais à Hambourg, en Allemagne, et j’ai demandé à un technicien qui réparait un escalier mécanique combien de temps on lui donnait pour effectuer les travaux. Il m’a répondu que c’était maximum deux semaines. Ici, on a refait la canalisation et la rue Saint-Laurent a été fermée pendant un an et demie, ce qui a fait un tort irréparable au quartier.

Atwater

Si vous aviez à choisir une ville dont Montréal devrait s’inspirer, ce serait laquelle?

Très dure, cette question! Je dois dire Hambourg. Au niveau de la liberté et de la permissivité, c’est bien, mais en même temps, il y a des règles claires. Le système de transport est aussi excellent. Il y a un équilibre entre les piétons, les automobilistes et les cyclistes. Il faudrait faire comme à Hambourg et comme au Japon et avoir des trottoirs élargis pour permettre aux cyclistes de circuler.

LionelGroulx

Est-ce possible de gouverner la Ville sans aucun support des communautés anglophones?

En fait, les vraies communautés anglophones n’existent presque pas. Il n’y a pas beaucoup de gens qui sont véritablement d’origine britannique à Montréal. Mes adversaires font du déni en matière linguistique. Il y a un candidat de Projet Montréal qui me disait «nous, on a Richard Ryan, qui parle anglais» et je lui ai dit, «oui, mais, Ryan, c’est un nom irlandais, et la langue de ce peuple, c’est le gaélique». Ce n’est pas normal qu’on se batte contre le français, puisque beaucoup de ces gens ne sont pas véritablement des anglophones de souche. Je veux leur tendre la main et leur dire «aidez-nous à faire la promotion du français».

***
Quiz : Connaissez-vous votre métro?

À quelle station faut-il descendre pour aller à l’hôtel de ville?
Champ-de-Mars.

Combien de stations compte le métro sur le territoire de Montréal?
78.

Quel est le coût d’une CAM pour étudiants?
45$.

Quelles sont les deux stations de métro les plus éloignées l’une de l’autre?
Cartier et Henri-Bourassa.

Quel est le nom du directeur général de la STM?
Michel Labrecque.

***
Réponses: Champ-de-Mars, 64, 45$, Berri-UQAM et Jean-Drapeau, Carl Desrosiers.

Série

Aussi dans Montréal :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!