Une éventuelle amputation de la piétonnisation de la rue Sainte-Catherine Est mettrait en péril l’événement, selon la Société de développement commercial (SDC) du Village.

L’opposition à la Ville de Montréal a également dénoncé mardi cette réduction hypothétique. Depuis 2006, cette partie de l’artère est fermée aux voitures entre les rues Berri et Papineau de mai à septembre.

Mais en raison d’incidents impliquant des itinérants intoxiqués, l’arrondissement de Ville-Marie étudie la possibilité d’exclure le tronçon entre Berri et Amherst, où est situé le parc Émilie Gamelin.

L’arrondissement a précisé mardi que la piétonnisation n’était pas remise en questions dans son ensemble et que des terrasses pourraient être aménagées dans ce tronçon sans pour autant interdire la circulation automobile.

«Une amputation, c’est mettre un terme à la piétonnisation, a toutefois plaidé Denis Brossard, président du conseil d’administration de la SDC. On perdrait un de nos deux présentateurs officiels [Banque Nationale, située dans la portion qui serait amputée], il y aurait donc une amputation de la commandite et je perdrais 20 à 25% de mon budget.»

L’arrondissement affirme discuter avec le Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) et la (SDC) du Village qui est responsable de la programmation de l’événement.

M. Brossard a cependant nié cette affirmation. «On tente de communiquer avec eux [la Ville et l’arrondissement], on a même pas un retour d’appel», a-t-il dit. Chaque jour qui passe compromet davantage l’événement. «Dans quelques semaines, il sera trop tard, car on ne pourra pas livrer la marchandise», ajoute M. Brossard.

Par ailleurs, la présence d’itinérants et de vendeurs de drogue aux alentours du parc Émilie-Gamelin ne date pas de la piétonnisation.

«S’il y a un problème de sécurité au parc Émilie-Gamelin réglons-le et n’utilisons pas ce problème comme prétexte pour reculer sur une évolution qui est très intéressante pour Montréal et les Montréalais», a souligné Richard Bergeron, chef de Projet Montréal.

«On a jamais été capable de nous démontrer qu’il y avait un lien entre la piétonnisation et les problèmes de sécurité», a soutenu M. Brossard.

En octobre, le SPVM ont d’ailleurs émis un bilan de la piétonnisation en été 2011. Le rapport faisait état d’une concentration «d’incivilités perpétrées» par des itinérants tout en précisant que ce nombre n’avait pas augmenté entre 2010 et 2011.

Le SPVM écrivait même que la piétonnisation de la rue Sainte-Catherine était une «réussite». Mais dans un souci de perfectionnement, il avait fait quelques recommandations.

Vision Montréal s’est inspiré de ce rapport pour, à son tour, formuler des « conditions gagnantes », permettant d’assurer la sécurité des lieux sans en amputer une portion.

Proposition de Vision Montréal pour la sécurité des lieux :

  • Augmenter la visibilité policière à vélo ou à pied
  • Une programmation bonifiée entre la place Émilie-Gamelin et la rue Amherst par des activités, notamment
  • Une meilleure coordination entre le Quartier des spectacles (responsable de la place Émilie-Gamelin) et la SDC du Village responsable de la programmation

Aussi dans Montréal :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!